Les élus de gauche du grand Annecy dénoncent le tunnel sous le Semnoz comme un projet du passé

                  Les élus de gauche du Grand Annecy favorables à une autre politique des transports respectueuse de l’environnement

C’est un front uni contre le projet Lola(1) que les élus d’opposition de gauche du bassin annécien ont présenté solennellement à la presse.

Un front qui pourrait apparaître dérisoire face à l’énorme entreprise de communication mise en route par le conseil départemental et le Grand Annecy pour convaincre la population que la liaison ouest du lac d’Annecy passera impérativement par le tunnel sous le Semnoz.

Selon ces élus, Jean-Luc Rigaut et Christian Monteil Président du Conseil Départemental, font fi des conclusions des experts qui privilégient d’autres alternatives à mettre en œuvre en utilisant la tunnel de la Puya avec un bus ou un tram. Des solutions qui auraient l’immense avantage, selon les élus de gauche, d’augmenter considérablement le report modal d’une partie du trafic routier et de diminuer la pollution du gaz à effet de serre provoqué par une augmentation de plus de 40% du trafic routier par le tunnel sous le Semnoz, selon les conclusions des experts.

François Astorg, élu de gauche et écologiste du Grand Annecy, développe avec conviction les arguments du groupe, auxquels répond Jean-Luc Rigaut interviewé quelques jours auparavant :

(1) Lire l’article de librinfo : Le Grenelle des transports présente trois alternatives au tunnel sous le Semnoz pour offrir un vrai débat démocratique

Auteur: gfumex

Partager cet article :

4 commentaires

  1. C’est bien ce que j’avais compris lors de la première audition à Bonlieu ! Le projet est déjà ficelé et les citoyens sont concertés sans avoir leur mot à dire . Comme Macron 1er Monsieur Rigault et Monteil écoutent mais n’entendent pas ….Ils vivent dans le monde du passé où le monarque est roi .Stop ! S’ils se prétendent démocrates alors que ce projet fumeux qu’ils nous proposent soit l’objet d’un référendum . Aux citoyens de se prononcer soit pour « Lola’ ou pour le projet de l’association dont le moins que l’on puisse dire est qu’il ne bénéficie pas de la même couverture médiatique et de publicité de la part du  » Grand Annecy  » . C’est en résumé un excellent exemple des limites de ce que l’on appelle : démocratie participative ! Pour ma part je suis partisan de la démocratie directe !

    Répondre
    • Les réunions publiques organisées par les élus n’ont rien à voir avec une démocratie participative dans laquelle les citoyens devraient pouvoir modifier ou rejeter un projet présenté par les élus. Il s’agit simplement de réunions de présentation par ces élus d’un projet déjà ficelé et qui sera imposé à la population.

      Répondre
      • Bonjour ,
        Quel est alors le rôle attribué à cette représentante de l’Etat présentée en grande pompe lors de ces réunions FILMEES ET ENREGISTREES si ce n’est de prendre en compte les avis des citoyens assistant à ces réunions ?
        Un leurre pour faire croire que le citoyen est écouté ? Alors oui , c’est bien le règne d’une oligarchie auquel nous sommes confrontés depuis des lunes et auquel il convient de mettre un terme !

        Répondre
        • Le rôle d’Isabelle Barthe, représentante de l’État, garante de la concertation préalable du projet de plan de déplacements urbains de la Communaute d’agglomération du Grand Annecy, intervient sur la forme et non sur le fond. Elle vérifie le bon déroulement des débats, sans apporter un avis due le projet.
          voir le lien : https://www.debatpublic.fr/comment-ca-marche

          Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.