Le grand flou scolaire du travail confiné

Michel Lombart, professeur de mathématiques au lycée Lachenal en classe terminale et secrétaire de la FSU74 se dit complètement désorienté sur la période vécue avec ses élèves pendant le confinement : ” Pendant, trois semaines, c’était du tout et n’importe quoi. Les plateforme fournies par l’Éducation Nationale ne fonctionnaient pas. On a perdu un temps fou avant de pouvoir travailler avec les élèves. On a vécu 10 jours de flottement. Aucune consigne claire de la part du rectorat.”

Malgré ces difficultés techniques, les professeurs ont tenu à contacter tous leurs élèves : ”Nous avons réussi à assurer un véritable travail, mais on a eu du mal avec certains élèves à obtenir un devoir par semaine. Nous avons été obligés d’utiliser le téléphone. »

« De plus, nous n’avons pas pu joindre certains élèves évaporés dans ”la nature”.  Le Ministère estime de 5 à 6% le nombre d’élèves en perdition. Nous sommes certains que ces chiffres sont sous-évalués.”

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Auteur: gfumex

Mots-clés: Covdi19, FSU, Travail scolaire

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.