Vote du budget 2019 du Conseil Régional : les élus écologistes réagissent

Mercredi 19 décembre, les élus régionaux se sont prononcés sur le budget 2019.  Les élus du Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire, font entendre leur voix.

Dans son édito au titre provocateur : « Laurent Wauquiez, le serial killer du climat », Jean-Charles Kohlhaas, référent sur les questions budgétaires, est consterné par le budget proposé. Il explique : « Nous avons tous été secoués en 2018. Le rapport du GIEC est alarmant et la COP 24 vient d’accoucher d’un accord a minima. Les catastrophes naturelles se multiplient. Les Alpes ont connu plusieurs écroulements, la Haute-Savoie et l’Isère doivent suivre des mesures de restrictions d’eau, le niveau du lac d’Annecy a baissé de 70 cm cet été et Laurent Wauquiez continue à mener des politiques antiécologiques qui ne tiennent pas compte de l’avenir des auvergnats et rhônalpins. Le ras le bol des injustices sociales a clairement été exprimé dans la rue. Pourtant aucune politique de solidarité n’est mise en place. Laurent Wauquiez préfère parfaire son image en annonçant une baisse de 20% de la TICPE régionale : 2 € d’économie par an pour le contribuable mais 17 millions d’€ de recette perdue pour le ferroviaire. On est loin de ce qu’il faudrait faire. Ce budget 2019 est à l’image des précédents. Il manque d’humilité. Notre Région est censée être la première en tout. Pourtant, quand on creuse, c’est loin de la réalité. Et à chercher à parfaire sans cesse notre image, on passe à côté de l’essentiel : le bien vivre des habitants et l’offre de perspectives d’avenir. Pourtant, avec 4 milliards d’€, on peut en faire des choses ! »

On peut noter que 39 millions d’€ sont investis pour les canons à neige et retenues collinaires depuis le début du mandat alors que plusieurs départements ont été déclaré en alerte sécheresse. Une situation qui n’a pas échappé au Préfet de Haute-savoie

Le Préfet de Haute-Savoie réunit une conférence sur l’eau

Devant cette situation, les pouvoirs publics ne sont pas restés les bras ballants.  Le Préfet  de Haute-Savoie a réuni lundi 17 décembre une conférence sur l’eau réunissant tous les acteurs avec la participation de Martial Saddier de l’agence de l’eau et de Christian Monteil, Président du Conseil départemental.

À l’issue de cette conférence, dans un communiqué, le Préfet de Haute-Savoie a rappelé que « dans les contextes de changement climatique et de fort développement de la Haute-Savoie, les sécheresses récurrentes de 2015 et 2017 et celle, exceptionnelle, de cette année posent avec acuité la question de la gestion quantitative de la ressource en eau et de ses usages. »

Vous trouverez prochainement un article de librinfo sur cette conférence.

Fabienne Grebert dénonce un cadeau de Noël clientéliste aux chasseurs

Fabienne Grebert, Conseillère Régionale RCES

Une nouvelle convention avec la fédération régionale des chasseurs vient d’être votée à l’assemblée plénière. La subvention s’élève à 3,3 millions d’€ dont une nouvelle ligne budgétaire de 600 000 euros accordée pour le traitement de la venaison.

Fabienne Grebert, élue RCES de la commission environnement réagit : « On risque fort d’alimenter, davantage encore, l’élevage dans des conditions ignobles de millions de faisans et perdreaux pour alimenter la filière. La Région va cautionner des pratiques de braconnage « viandard » qui n’ont plus de rapport avec l’environnement. L’argent public va servir à financer des couteaux, des tabliers, des frigos et des tables d’équarrissage pour traiter les carcasses. Où est l’intérêt général ? Alors que 79% des français sont favorables à l’interdiction de la chasse le dimanche, Laurent Wauquiez ferait mieux d’ouvrir les yeux plutôt que de faire des cadeaux à ses potentiels électeurs. « 

« Ce n’est que du clientélisme. Les chasseurs sont financés par ailleurs. Ils ont des budgets nationaux. Ils n’ont pas besoin de cet argent là. »

Jointe au téléphone ce vendredi 21 décembre, la conseillère régionale reconnaît que les fédérations de chasse jouent un rôle de régulation, mais de leur permettre d’arrondir leur fin de mois en les encourageant à commercialiser la vente de gibier, va leur rendre la gâchette facile pour augmenter leur chiffre. « L’inquiétant est que le nombre des chasseurs diminue et les accidents mortels augmentent. »

Fabienne Grebert préfèrerait que les chasseurs se chargent de limiter la prolifération de la faune sauvage qui provoque d’énormes dégâts aux cultures, ce qui oblige les pouvoirs publics à verser annuellement 30 millions d’euros aux agriculteurs.

 

 

Auteur: librinfo74

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.