Séisme à Annecy : Frédérique Lardet, élue présidente de l’agglo, élimine Rigaut

Annecy, terre sismique, a connu un nouveau séisme avec l’élection de la présidence du Grand Annecy

Après un suspense intenable où les deux accesseurs, gardiens de l’urne, égrenaient les noms de Lardet et Rigaut, c’est le nom de la candidate qui s’est imposée.

Dans son discours d’introduction, on sentait de l’émotion dans sa voix, mais très vite la nouvelle élue a pris de l’assurance. Depuis son élection de députée, néophyte en politique, elle a vite appris confrontée aux assauts parlementaires et aux chausse trappes politiciennes.

       Jean-Luc Rigaut avant l’élection

                      Après

Ce soir, des assauts ont été nombreux, venus principalement de Jean-Luc Rigaut, le grand perdant. Une douche d’autant plus glaciale qu’il était convaincu qu’il resterait maire d’Annecy et président de l’agglo.

Le deuxième grand enjeu de la soirée était l’élection des vice-présidences. Un savant dosage entre les représentants de la ville centre et les représentants des petites communes. L’intelligence de la nouvelle équipe a été de donner la majorité aux maires dits « ruraux ». Une majorité de représentants de petites communes plus importante que prévue, puisque Fabienne Grebert de la liste majoritaire, proposée au poste de vice présidente chargée de l’environnement et de la qualité de l’air a été sèchement battue par le maire de Duingt.

 

Des signes d’ouverture du nouveau exécutif

Thomas Meszaros, vice-président à l’enseignement supérieur

Des signes d’ouverture ont été donnés par Frédérique Lardet en proposant Thomas Meszaros, bras droit de Rigaut, la vice-présidence de l’enseignement supérieur, alors que dans l’ancienne mandature Rigaut avait verrouillé l’exécutif en imposant une majorité d’élus de la ville centre, avec Bernard Accoyer comme premier vice-Président.

Denis Duperthuy, l’éternel opposant bien rangé dans son rôle de vice-président aux finances.

 

Denis Duperthuy tire son épingle du jeu.

La surprise vient de l’élection de Denis Duperthuy comme vice-président chargé des finances, opposé à Patrick Leconte, co-listier de Frédérique Lardet.

 

La bataille au sein de l’exécutif va être chaude.

On est loin du long fleuve tranquille dessiné en couleur dans le programme de la liste de « Réveillons Annecy Respire ».

Quelle politique va pouvoir mettre en œuvre ce nouveau exécutif un peu disparate, traversé de positions contradictoires ?

Quand on connaît la politique de bétonisation de Pierre Bruyère sur Poisy, et ses convictions écologistes qu’il place dans les péages des autoroutes ou dans son réservoir automobile, on espère que tout le beau programme ambitieux et écologiste de François Astorg ne passe pas à la trappe.

 

Partager cet article :

1 commentaire

  1. ah, enfin une bonne nouvelle, je désespérais !! !

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.