Retenue de Beauregard, la lutte des opposants a payé

Devant l’entré de la ZAD, à l’annonce du verdict annonçant la suspension des travaux de la retenue, ce fut des cris de joies et des embrassades. Les visages resplendissaient de joie et l’émotion était palpable.

Une victoire collective

Toutes et tous sont unanimes, qu’ils soient zadistes, militants associatifs, pour se réjouir du travail collectif.

Cette victoire est celle du contre pouvoir mis en place par le société civile.

Chacun a joué sa partition, comme l’explique Théo de XR :

 

 

Jacques Agnelet, du collectif « Fier Aravis », menacé par les ultras de La clusaz.

« La balle est dans leur camp. Il s’agit d’élever le débat »
Jacques Agnelet a subi avec sa famille un harcèlement permanent et même des menaces directes depuis des mois.
Il espère qu’avec cet arrêt suspensif des travaux de la retenue, la tension ne vas pas s’accentuer au risque que leur vie soit dure à supporter. Enraciné depuis de nombreuses générations dans la commune, cet animosité est d’autant plus difficile à supporter.
D’autre part une plainte a été déposée contre une menace de mort proféré par un membre du conseil municipal de La clusaz sur un élu d’Annecy

Un appel au dialogue


Si Valérie paumier se réjouit de cette victoire, elle sait que ce n’est pas en s’affrontant avec les partisans de la retenue collinaire que les opposants pourront trouver une solution pour défendre notre magnifique montagne  » J’espère que nous pourrons rapidement nous rencontrer avec tous les acteurs économiques, associatifs et institutionnels. » Cet appel au dialogue est adressé à tous les acteurs, qu’ils soient favorables ou opposés à la retenue collinaire.

 

Le rôle du Préfet

Désavoué par le tribunal administratif, le Préfet a le devoir d’organiser ce lieu d’échange pour trouver la meilleure solution pour l’avenir de la montagne.

 

Le rôle déterminant des médias

Les médias ne s’y sont pas trompés. Des voix s’élèvent de tous les horizons, au niveau national et international pour sauver notre planète. Cela devient le combat de tous.

L’occupation du bois de la Colombière par les zadistes et la détermination des associations environnementales est le révélateur d’une immense prise de conscience qui commence à toucher l’ensemble de la société.

 

Les maires de la Clusaz, du Grand-Bornand et de Manigod défendent à court terme l’avenir économique de leurs communes.

L’avenir est du côté de celles et de ceux qui veulent préserver le domaine magnifique de la montagne en imaginant une nouvelle économie capable de garantir le respect et l’amour de la montagne.

En face se trouvent des irréductibles qui portent une haine viscérale pour ceux qu’ils appellent « les écolos ». Le plus grave est que cette haine touche des élus responsables, comme Martial Saddier, président du département ou Laurent Wauquiez, président de la Région, alors que leur rôle est de défendre les intérêts de la population quelles que soient leurs origines, leur engagements politiques ou syndicaux.

Auteur: gfumex

Partager cet article :

1 commentaire

  1. Une victoire de temps à autre, c’est toujours bon à prendre ! Et même si ce n’est pas définitif encore.

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.