Réponses du sénateur Cyril Pellevat concernant son utilisation de l’avion et celui du gaz liquéfié par la France

Suite à nos questions concernant l’utilisation de l’avion par les parlementaires pour se rendre à Paris (question soulevée par EELV dans un communiqué), et le caractère éminemment dangereux, coûteux et polluant du Gaz liquéfié,  Cyril Pellevat, sénateur de la Haute-Savoie, a formulé des réponses argumentées. Pour l’instant, il est le seul parlementaire à avoir répondu.

 

Utilisation de l’avion pour se rendre à Paris

« Je ne privilégie l’avion que lorsque l’articulation de mon action parlementaire et de mes responsabilités en circonscription et de conseiller régional, mais également de ma vie familiale, ne peuvent trouver réponse qu’à travers les avantages spécifiques du transport aérien. Le partage des mes activités parlementaire et territoriale commande une souplesse et une rapidité de déplacement que n’offre parfois et malheureusement que l’avion. De manière générale, je n’utilise pas le transport aérien de manière fréquente ou régulière : à chaque fois que cela est rendu possible, je privilégie les déplacements en train. J’utilise l’avion dans une optique de gain de temps en dernier recours et quand une solution de substitution aussi rapide ne peut être trouvée, par exemple quand je dois être à Paris avant 9h, et j’utilise par ailleurs beaucoup la visioconférence pour réduire mes déplacements au maximum. »

 

Importation par l’UE de Gaz liquéfié pour prévenir des risques de pénuries

« Concernant le gaz liquéfié, l’achat d’un terminal méthanier dans le cadre de la loi pouvoir d’achat vise à sécuriser l’approvisionnement en gaz de la France suite à la guerre en Ukraine, ce qui est un impératif absolu en vu des risques qu’un manque de gaz ferait peser sur les français. Il s’agit d’une solution d’urgence, et les auditions menées dans ce cadre ne se penchent pas sur la question de l’impact environnemental du gaz liquéfié.

En revanche, nous aurons à la rentrée un texte sur l’énergie, et un travail plus approfondi sera mené sur le sujet, ce qui me permettra alors de mieux déterminer ma position sur le sujet. J’estime toutefois qu’il est nécessaire de créer un mix énergétique diversifié. Aucune énergie n’est totalement exempte de défaut, et il nous faut varier les types d’énergie utilisés en France pour éviter un trop grand impact des désavantages que chaque énergie induit. »

Auteur: librinfo74

Partager cet article :

3 commentaires

  1. Une raison de plus pour supprimer le cumul des mandats ! En fait si on veut encore espérer sauver quelque chose du climat, l’avion n’a plus sa place, pour personne.

    Répondre
  2. Je rappelle à Cyril qu’il doit privilégier le train car pour satisfaire au dicton: un TRAIN de sénateur !!

    Répondre
  3. **** « Je ne privilégie l’avion que lorsque l’articulation de mon action parlementaire et de mes responsabilités en circonscription et de conseiller régional, mais également de ma vie familiale, ne peuvent trouver réponse qu’à travers les avantages spécifiques du transport aérien ***

    -> Je prends l’avion quand c’est plus pratique.

    Le jargon est aux gueux,
    ce qu’est la fumée au jambon : maintenir l’état de disponibilité.

    *** « Concernant le gaz liquéfié, l’achat d’un terminal méthanier dans le cadre de la loi pouvoir d’achat vise à sécuriser l’approvisionnement en gaz de la France suite à la guerre en Ukraine, ce qui est un impératif absolu en vu des risques qu’un manque de gaz ferait peser sur les français. Il s’agit d’une solution d’urgence, et les auditions menées dans ce cadre ne se penchent pas sur la question de l’impact environnemental du gaz liquéfié. ****

    Comme on fait la guerre à la Russie pour faire plaisir aux mafieux, on est SI IRRESPONSABLES qu’on se retrouve en pénurie du MINIMUM VITAL : énergie, engrais, nourriture …

    PLUS corrompu ou débile (les deux ?) est-ce possible ?

    Alors on IMPORTE encore PLUS.
    Mais comme on a rien à échanger, on endette le pays
    comme jamais.

    Mais comme ça ne peut plus durer (la monnaie de singe se négocie assez mal), on va vers le sang et l’herbe (sèche).

    La CATASTROPHE capitaliste
    se résoud en désastre planétaire pour les populations soumises.

    Tout changement de civilisation est BRUTAL.
    Nous y sommes.
    POUR RÉSUMER :
    les ressources ont FAIT, la fin des ressources DÉFAIT.

    Et AUCUNE préparation sinon locales donc soumises aux puissants.

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.