Que sont les mots ?

Nous publions cette expression libre recueillie sur le blog de Dominique Croset. Une expression dans le cœur grinçant de l’actualité puisqu’il s’agit des projets du Tunnel sous le Semnoz et de la liaison autoroutière Ouest du lac d’Annecy (LOLA).

 

A l’heure du mot qui doit faire buzz, quelle crédibilité donner aux discours qui se font et se défont tout aussi vite ? Prendre de la distance est essentielle et l’action est substantielle de toute activité humaine.

Agir pour quel horizon ?

J’ai reçu cette semaine trois documents de mon agglomération Grand Annecy :

  • Le temps de la concertation, prenez part au projet !
  • On concerte autour du lac, les mobilités en débat
  • Projet de liaisons Ouest du lac d’Annecy

Trois documents conséquents pour m’interpeller à agir sur la question de la mobilité qui est « au cœur nos préoccupations quotidiennes » (Christian Monteil, Jean-Luc Rigaut).

C’est un fait.

Je circule à vélo au quotidien et aux quatre saisons depuis six années. Cela fait deux hivers que je suis incommodée par la pollution de l’air. Incommodée jusqu’à me retrouver en décembre 2016 aux urgences de l’hôpital avec des poumons de fumeuse.

Je fais alors usage du réseau de bus : là pas de déplacement possible après 20h et les dimanches ou jours fériés : cherchez le bus !

Quand est-il pour me déplacer sur le Grand Genevois ? C’est à un temps incertain auquel j’arriverai, à l’aller comme sur le retour. Que je prenne la ligne régulière de bus ou ma voiture, je dois anticiper une marge d’erreur. Or, cette marge de temps de trajet est toujours plus conséquente et quotidiennement aléatoire.

Le mieux vivre est dans les mots, des mots vendeurs de projets.

 

Tel le projet du tramway reliant Annecy à Genève.

Dans les concertations initiales sur la mobilité ( déjà !), ce projet de tramway faisait accord pour les frontaliers, les voyageurs rejoignant l’aéroport, les touristes de part et d’autre de la frontière.

Des concertations abrogées par l’arrogance de l’unilatéralité des décideurs. Circulez! A la queue-leu-leu aux sorties d’autoroute ! Et pour vous, cyclistes-environnementistes : le bain de particules fines que la multiplication des bus et des voitures vous offre.

 

Mais revenons à mes trois documents reçus cette semaine.

Trois documents invitant à un temps de concertation pour le projet de mobilité autour du lac. Nous sommes le 17 octobre 2018. Le temps de concertation commence le 17 octobre et se termine le 31 décembre 2018. Si j’enlève les 15 jours des périodes de fête de fin d’année, plus les préparatifs pendant lesquels chacun et chacune à d’autres préoccupations, il reste à peine un mois de concertation pour une agglomération de plus de 126 000 habitants. Vous pouvez dire, « c’est peu » ! De fait, je pense que non.

 

La réponse à la concertation est déjà dans le document le plus épais Concertation publique. En vous reportant aux pages 16 et 17 de ce document, vous disposez de la réponse binaire à la complexité de la mobilité d’Annecy et son agglomération.

  • Réponse favorable au « sans projet » pour la mobilité : allez « page 16 »
  • Réponse favorable au « avec projet » pour la mobilité : allez «  page 17 »

Et pour rassurer les septiques, la page 19 répond de la bonne intention de la concertation et du projet : tout ce discours s’affirme sous la bonne étoile de la La prise en compte de l’environnement.

 

J’ai appris ce matin sur la place du marché que le Palais des congrès d’Annecy allait prendre structure : décision prise donc d’empiéter le lac et le parc. Allez hop, circulez les mots, les discours ! C’était avant, c’était hier. C’était le temps du projet. Le temps des concertations. En phase de décision, laissez la voie libre aux décisions unilatérales.

 

Que sont les mots ?

Les mots sont pris en otages par les vendeurs de projets. La communication se fait sur des choses que l’on ne fera jamais.

Se vend le désir des mots. Les maux s’ancrent et les mots sèchent. Asséchant la terre de nos impunités : à prendre les mots pour des mots creux, nos âmes se vident de l’essentiel.

Je reprends dès à présent le chemin de la poésie de la vie ; là où les mots sonnent, résonnent, raisonnent, attestent de la sincérité et de la générosité du cœur.

 

Auteur: librinfo74

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.