Prendre des « douches courtes » n’est qu’une illusion pour arrêter la destruction de notre planète

Suite à la parution dans librinfo de l’article « Affaire du siècle » dans lequel nous vous encouragions à signer la pétition pour porter plainte contre l’État, un commentaire nous a alerté sur l’efficacité d’une telle initiative à travers l’article : « Quelques remarques sur l’affaire du du siècle » au regard de l’analyse développée par l’écrivain américain, Derrick Jensen, membre du mouvement « Deep Green Resistance » partisan du « sabotage environnemental ».

Dans leur article, Kevin Amara & Nicolas Casaux expliquent que : Les États ne parviennent jamais à atteindre leurs objectifs. D’abord parce qu’ils ne font rien pour, mais aussi et surtout parce qu’ils ne le peuvent pas. Croire que l’État pourrait mettre un terme au réchauffement climatique, à la destruction des écosystèmes et au massacre des autres espèces, c’est croire qu’un marteau pourrait faire office de télescope. Ça ne fonctionne pas, peu importe à quel point on le souhaite, on ne voit rien. Ce n’est pas dans ses cordes, ce n’est tout simplement pas sa fonction.

L’État moderne organise le système capitaliste mondialisé (la civilisation industrielle), fondé sur l’exploitation et la destruction perpétuelles de la nature.

En Colombie, la déforestation s’accélère (« la forêt a perdu une surface de l’équivalent du Luxembourg en 2017 »). Et si, afin de donner le change, d’alimenter l’espoir qui fait avancer les foules, de plus en plus de pays inscrivent de belles choses dans leurs constitutions, les faits témoignent clairement de ce qu’ils n’en ont rien à faire, ou de ce qu’ils ne peuvent rien faire.

Et en Bolivie aussi, la déforestation continue, inexorablement, malgré l’inscription, depuis 2012, de droits de la nature dans la constitution du pays. « On peut violer les lois sans qu’elles crient », écrivait Talleyrand dans ses Mémoires. On le constate un peu partout et depuis longtemps.De son côté, Derrick Jensen établit un constat sévère sur l’illusion que les mesures draconiennes nécessaires au sauvetage de notre planète viendront du changement dans notre consommation individuelle.

Dans un titre provocateur « Oubliez les douches courtes », Derrick jensen démontre que prendre des douches courtes et de réduire notre consommation d’eau n’intervient que sur 10 % de la consommation mondiale sachant que les 90% sont consommés par l’agriculture industrielle et l’industrie… et les terrains de golf ! :

Voir la vidéo

Auteur: gfumex

Mots-clés:

Partager cet article :

2 commentaires

  1. Sauf que faire tout ce qui est possible est quand même nécessaire. Cela donne l’exemple aux enfants qui d’ailleurs commence à nous montrer ce qu’il faut que l’on fasse. Le reste et le plus gros viendra plus tard, de toute manière, puisque les ressources en tout genre manquerons. Et c’est pas pour bientôt, c’est maintenant … Donc autant s’habituer progressivement pour ne pas tomber de trop haut.

    Répondre
    • la solution efficace, c’est de faire disparaître le capitalisme, qui exploite les gens et la nature; nationaliser les entreprises, les banques, la grande distribution; « la propriété, c’est le pouvoir » (Auguste Blanqui). Elise Lucet dans l’émission Cash investigation, ou plutôt Cash à l’eau, nous présente ce que permet la propriété capitaliste dans la gestion de l’eau du Bassin Parisien, le `SIAPP, avec l’argent volé aux producteurs des richesses, les salariés, ouvriers et employés, le directeur répartit lui-même les marchés entre Veolia, Saur et Suez. Par bonté…ou par corruption !?

      Répondre

Répondre à Emmanuel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.