Paul Ariès à Annecy le 14 février : plaidoyer pour la gratuité

Ce vendredi 13 février à Annecy vers 19 heures, une centaine de personnes à l’invitation du Cercle Condorcet, attendait sous la pluie l’ouverture de la salle Yves Martinet pour rencontrer Paul Ariès afin de débattre d’une possible » Civilisation de la gratuité » .

Une fois les problèmes logistiques résolus, le politologue a pu plaider pour une lutte contre la marchandisation du monde et des humains (et bientôt trans-humains, du moins pour une minorité de riches) grâce à la gratuité,  » l’économie du bonheur « .

Il ne s’agit pas de décréter la gratuité partout et tout de suite, mais de développer « des îlots de gratuité » qui « pourront former des archipels, et pourquoi pas des continents ». Et l’orateur de passer en revue les nombreux îlots déjà existants  en France et dans le monde, dans les domaines de l’eau, des bibliothèques, de la restauration sociale, de l’énergie, des services funéraires, des transports en commun, de la santé, du beau, etc.

Certes tous ces services ont un coût, mais qui peut être supporté en rendant plus onéreux leur mésusage (ou surconsommation) et en faisant appel à la solidarité, d’autant que la gratuité ne conduit pas au gaspillage, comme le prétendent ses adversaires, mais au contraire à la responsabilisation des usagers.

Pour être émancipatrice, cette gratuité doit se distinguer de la « gratuité marchande » que le consommateur doit payer in fine, et de la « gratuité d’accompagnement » qui entend ne s’adresser qu’aux «pauvres méritants» : elle doit être universelle et représente une alternative crédible au revenu inconditionnel.

Paul Ariès a conclu la conférence en affirmant avec force que cette société de gratuité ne saurait être austère, parce qu’elle remplacera la jouissance d’avoir par la jouissance d’être.

En raison du « surbooking » de la salle, le débat qui y était prévu ensuite n’a pu avoir lieu. Il a été remplacé par des discussions, peut-être plus riches, entre l’intervenant et le public, dans le coin bar autour du verre de l’amitié offert par le Cercle Condorcet.

Auteur: Jacques CAMBON

Mots-clés: capitalisme, gratuité, marchandisation

Partager cet article :

1 commentaire

  1. bonjour,
    je regrette de n’avoir pas eu l’information de la venue de Paul Aries, j’ai acheté son bouquin suite à des articles de l’Huma; dommage ! Dans le même ordre d’idées, le livre de Jean-Pierre Moreau : 500 bougies pour Utopia mériterait d’être présenté à un auditoire dans le cadre du Cercle Condorcet; il décrit ce que serait tous les instants de la société avec l’adoption de la gratuité; une somme de crédibilité qui vaut le débat; une vraie perspective; comme Ariès en démarrant sur les secteurs déjà en gratuité pour recouvrir tous les moments de la société. Voici ses coordonnées :
    JEAN-PIERRE MOREAU, 4, impasse de la Voie Romaine 38080 Saint-Alban de Roche 04 74 93 95 77. Gérard FUMEX possède un entretien vidéo enregistré lors d’une manif en soutien aux immigrés.

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.