Manifestation du 9 Octobre 2018 pour une société solidaire.

Des représentants des retraités de la CGT, de FO,  de la CFTC,  de la CFE CGC,  de la FSU et  de Solidaires étaient réunies à la maison des syndicats de Cran-Gévrier ce mardi 9 octobre pour présenter les raisons de la colère qui anime leurs adhérents comme la plupart des retraités de France maltraités par le gouvernement.

Cette colère s’est exprimée, cet après-midi, dans une manifestation très nombreuse réunissant retraités et actifs pour dénoncer les atteintes en tous genres aux acquis sociaux, la destruction progressive des services de la fonction publique et, d’une façon générale, de la baisse du niveau de vie imposée aux plus faibles.

Il faut savoir que le montant moyen des pensions est de 1376 e bruts (1283 e nets).

Le montant de ces pensions est resté bloqué d’avril 2013 à octobre 2017 (exceptés les 0,1 % d’octobre 2015). En 2018 le montant des pensions est de nouveau bloqué puisque toute éventuelle revalorisation (de 0,3 %) a été repoussée à janvier 2019 alors que les prix ont augmenté de 2,3 % lors des 12 derniers mois.

La CSG prélevé sur les pensions est passé de 1,1 % à sa création à 8,3 % en 2018.

Si l’on prend l’exemple concret d’un retraités qui percevait en décembre 2017 la pension moyenne de 1376 e bruts nous constatons qu’à partir du 1er janvier 2018 il perd 1,7 % avec la CSG et 1,7 % avec la hausse des prix évaluée pour 2018 et non compensée : la facture est de 561 e de perte de pouvoir d’achat pour l’année 2018. Si le gouvernement limite à 0,3 % la revalorisation des pensions pour une inflation de 1,7 %, ce sera une perte de 511 e par an en 2019 et en 2020.

En prétendant que les ponctions sur les retraites doivent bénéficier aux actifs, le gouvernement cherche à opposer les générations et à détruire la solidarité sur laquelle était fondé le régime de retraite qu’il est en train de saboter.

Les manifestants, par leur nombre et par leur expression collective ont montré leur opposition véhémente à cette politique qui n’a qu’une seule conséquence : l’explosion des inégalités et de la précarité. Toutes ces mobilisations, ces grèves, prouvent que le monde du travail est loin d’être abattu et que le combat continue pour faire reculer ce gouvernement qui privilégie les plus riches et collabore avec les puissances financières pour empêcher toute velléité de démocratie.

 

 

Dix huit organisations de retraités appellent à une nouvelle manifestation unitaire le jeudi 18 octobre à 14:00 devant la préfecture d’Annecy et avertissent qu’elles ne baisseront pas les bras tant qu’elles n’auront pas obtenu :

la suppression de la hausse de la CSG.

La revalorisation de toutes les pensions et le rattrapage des pertes subies dans les années précédentes.

L’indexation des pensions sur les salaires.

Des mesures pour les faibles pensions en exigeant un minimum porté au niveau du SMIC pour une carrière complète.

Le maintien des pensions de reversion.

La prise en charge de la perte d’autonomie à 100 % par la sécurité sociale.

L’égalité du montant des pensions entre hommes et femmes.

 

Auteur: jefdelhaye

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.