L’obscénité publicitaire sexiste du porno chic de DIOR s’affiche impunément chez Decaux

 

Mis à jour le 28 décembre 18h25

L’image subliminale de cette femme de couleur présentant un flacon de parfum sous forme de phallus au milieu d’une vulve suggérée par des deux mains en forme de losange est suffisamment explicite.

Rien n’arrêtera la volonté publicitaire pour attirer l’attention du consommateur en utilisant ces images provocatrices.

Dior n’en est pas à sa première provocation, à l’instar d’autres marques de parfum comme  Yves Saint Laurent (YSL), rachetée par Gucci (groupe Pinault-Printemps-Redoute), car depuis de nombreuses années le Collectif contre le publi-sexisme s’est exprimé pour dénoncer l’utilisation sexuelle de la femme objet. (déjà en 2002 le Monde pointait du doigt DIOR)

Avoir confié la gestion des abris bus à Decaux, la mairie leur laisse la pleine utilisation de l’espace public. On peut espérer que la nouvelle municipalité « rouge-verte » annulera le marché avec cette société publicitaire.

Le plus simple sera de respirer d’autres parfums moins nauséabonds.

Auteur: j.c

Mots-clés: PUB, racisme, sexisme

Partager cet article :

1 commentaire

  1. Tous les ans on a une pub similaire de cet annonceur.
    La différence cette année, c’est que l’image porno cachée ne l’est plus.

    Il est très fréquent que les images publicitaires portent dans des recoins, de manière un peu floue des images pornos.

    Il suffit de quelques minutes d’observation pour s’en rendre compte. Un grand classique.

    L’usage de notre cerveau par les mafieux s’améliore avec le temps pour nous soumettre. Et pour l’exciter il faut innover… dans le fatras d’images que nous ingurgitons.

    Le pb plus grave à mon avis, est que les politiques s’en servent puisqu’ils utilisent certaines techniques de la pub pour nous enfumer.
    Et on se laisse aller à accepter l’inacceptable …
    Petit à petit les murs de la prison sociale se forment,
    ceci se passe dans le Droit (et aussi avec les armes quand le droit ne suffit plus – Rappel : Pas un seul GJ estropié n’a fait l’objet de la moindre plainte – donc pas un n’était en infraction quand un « gardien de l’ordre » l’a estropié .. ceci en dit long sur le régime en place).

    En terme d’illustration directe et indéniable :
    https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/textes/l15b4857_projet-loi#

    commentaires :

    Le pouvoir exceptionnel réclamé par le Gouvernement n’aurait plus pour objectif de “lutter contre la propagation de l’épidémie de covid-19” mais de “lutter contre l’épidémie de covid-19”. Pourquoi cet élargissement fait-il l’objet de la première disposition de ce projet de loi ? La nuance est subtile mais interroge sur le but poursuivi et sur sa circonscription dans le temps, qui reste pourtant, en droit, la condition d’un régime d’exception.
    La large possibilité de prendre un transport longue distance sans pass sanitaire en cas d’urgence serait supprimée et remplacée par un très restreint “motif impérieux d’ordre familial ou de santé » lorsque le voyageur ne dispose pas de certificat d’injection, sous réserve d’avoir en plus un test négatif (sauf en cas d’urgence, en plus de l’impériosité du motif, ainsi que de son caractère familial ou sanitaire). Ce glissement sémantique trahit-il un glissement de régime ?
    L’interdiction de contrôler une identité par les personnes chargées de vérifier le pass (par exemple un serveur dans un restaurant) est à nouveau remise en question par le Gouvernement en ces termes : “Il [pourrait] être exigé, en cas de doute sur ces documents, la présentation d’un document officiel d’identité.”.
    Comme si le régime déjà en vigueur n’était pas déjà assez répressif, une peine d’amende de 1.500 € maximum serait distribuée aux personnes utilisant le pass d’un tiers ainsi qu’aux exploitants qui ne contrôleraient pas le pass à l’entrée de leur établissement.
    À l’article 2 du projet de loi, vous constaterez que le Gouvernement tente encore d’aggraver les mesures d’isolement et de quarantaine et donne aux préfets la possibilité de “recevoir les données strictement nécessaires à l’exercice de leurs missions de suivi et de contrôle du placement en quarantaine ou à l’isolement”.

    Après avoir prétendu il y a un an que “La vaccination contre le coronavirus ne sera pas obligatoire.” (source ci-dessous), le Président de la République, le Premier Ministre et le Ministre de la santé démontrent leur capacité à gouverner par fausses promesses successives pour instaurer un régime répressif durable basé sur des motifs sanitaires.
    https://twitter.com/TF1LeJT/status/1341463106707439617

    En simple, comme l’a résumé le Ministre de la santé, ce projet de loi est pire qu’une obligation vaccinale sous peine d’amende : “Le pass vaccinal est une façon d’arriver à l’obligation vaccinale, mais moi, je pense que c’est plus efficace que de mettre une amende.” (source ci-dessous).
    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/video-pass-vaccinal-omicron-vaccination-olivier-veran-repond-aux-questions-de-brut_4887741.html

    NB : À son article 3, le projet de loi comporte des dispositions relatives aux soins psychiatriques sans consentement. Ces mesures n’ont pas de rapport avec les autres dispositions du projet de loi, raison pour laquelle son titre du être dédoublé, à savoir “projet de loi renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire et modifiant le code de la santé publique”). Nous attirons votre attention sur le fait qu’il s’agit possiblement d’un “piège à complotistes”. L’idée du rédacteur pourrait être de faire réagir le lecteur (trop pressé) sur un lien entre les mesures Covid-19 et les mesures relatives aux soins psychiatriques sous contrainte. Cela permettrait de faire passer pour relatives les graves atteintes aux droits fondamentaux figurant aux articles 1 et 2 de ce projet de loi. Ainsi, nous inviterions, à ce stade, à écarter tout commentaire hâtif des dispositions de l’article 3 de ce projet de loi.

    src : https://dejavu.legal/fr

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.