Les experts de l’ONU condamnent la fermeture par Israël des bureaux d’organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme

GENÈVE, le 24 août 2022 –

Dans un communiqué de presse des Nations Unies, les experts de l’ONU ont condamné aujourd’hui l’escalade des attaques israéliennes contre la société civile palestinienne en Cisjordanie occupée, après que l’armée israélienne a fait irruption dans les bureaux de sept groupes humanitaires et de défense des droits de l’homme palestiniens opérant à Ramallah et les a fermés la semaine dernière.

« Ces actions constituent une répression sévère des défenseurs des droits de l’homme et sont illégales et inacceptables », ont déclaré les experts, encourageant les États membres des Nations unies à prendre les mesures efficaces prévues par le droit international pour mettre fin à ces abus.

Lors d’un raid à l’aube du 18 août 2022, les forces israéliennes ont causé d’importants dégâts matériels et émis des ordres militaires imposant la fermeture des bureaux des sept groupes palestiniens de défense des droits humains*. Ces actions font suite aux désignations et déclarations antérieures d’Israël concernant ces organisations comme « terroristes » et « illégales ».

« Ces désignations et déclarations sont illégitimes et injustifiables et aucune preuve concrète et crédible étayant les allégations d’Israël n’a jamais été fournie », ont déclaré les experts, qui avaient fait les mêmes observations en avril 2022.

Les 18 et 21 août, le service de sécurité israélien Shin Bet a interrogé les directeurs de trois des sept organisations, l’Union des comités de femmes palestiniennes, Al-Haq et Defence for Children-Palestine. Les experts ont noté avec une inquiétude particulière les menaces que le Shin Bet aurait proférées à leur encontre, notamment celles rapportées dans une déclaration publique concernant le directeur d’Al-Haq, Shawan Jabarin.

« Le gouvernement israélien a pris de multiples mesures pour saper les organisations de la société civile, restreignant et réprimant les activités légitimes des défenseurs des droits humains, ce qui a également un impact disproportionné sur les femmes défenseures des droits humains », ont déclaré les experts.

« Il en résulte de graves atteintes aux droits à la liberté d’association, d’opinion et d’expression et au droit de participer aux affaires publiques et culturelles, qu’Israël est pleinement tenu d’accomplir, de respecter et de protéger », ont déclaré les experts. « La société civile est ce qui reste aux Palestiniens pour leur protection minimale. Réduire cet espace et cette ressource vitale est illégal et immoral. »

Les experts de l’ONU ont déclaré que les informations présentées par Israël pour justifier sa décision de mettre les groupes de défense des droits humains sur la liste noire des organisations terroristes n’avaient pas réussi à convaincre les gouvernements donateurs et les organisations internationales. Les experts ont noté qu’un examen d’Al Haq par l’Office de lutte anti-fraude de l’Union européenne (UE) a confirmé qu’ »aucun soupçon d’irrégularités et/ou de fraude affectant les fonds de l’UE » n’avait été trouvé.

Les experts ont appelé l’UE, les 5 membres permanents du Conseil de sécurité et tous les États Membres à prendre des mesures concrètes pour protéger les organisations et le personnel palestiniens dont les bureaux ont été perquisitionnés et fermés.

« Cette protection dépend de la révocation par Israël, une fois pour toutes, de ses désignations et déclarations de ces organisations comme « terroristes » et « illégales », ont déclaré les experts. « L’UE et ses États membres en particulier doivent de toute urgence user de leur influence pour mettre un terme à ces attaques agressives contre la société civile, conformément à leurs engagements et obligations de protéger les défenseurs des droits humains et l’espace civique. »

« Une fois de plus, il est clair que les déclarations condamnant et regrettant les mesures illégales d’Israël ne suffisent pas – il est temps que les mots soient suivis d’une action rapide et déterminée de la communauté internationale pour exercer une pression diplomatique sur Israël afin de rétablir l’état de droit, la justice et les droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé », ont déclaré les experts. »

* Les ONG sont : Addameer Prisoner Support and Human Rights Association ; Al Haq ; Bisan Center for Research and Development ; Defense for Children International – Palestine ; Health Work Committees (HWC) ; Union of Agricultural Work Committees (UAWC) ; the Union of Palestinian Women’s Committees (UPWC).

Auteur: gfumex

Partager cet article :

1 commentaire

  1. La détention administrative de Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, vient d’être renouvelée jusqu’au 4 décembre 2022… la barbarie continue. Personne ne bouge.

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.