L’église au secours de la République et des sans abris

Mise à jour le 13 février à 15H16

AVERTISSEMENT

Suite à cet article, l’association « La Baraka chez Kadi » précise que s’il y a eu un échange conflictuel au sujet de la nourriture Halal, celui-ci ne concerne en rien l’association qui entretient d’excellents rapports avec la communauté chrétienne pour apporter un soutien alimentaire à la population fréquentant le centre d’hébergement d’urgence de Novel.

Cette association précise qu’il s’agit en fait d’un échange de mail entre une bénévole chrétienne et une bénévole musulmane. Cette dernière avait proposé de fournir de l’alimentation Halal. La bénévole de paroisse de Novel avait refusé, considérant que c’était « politique ». Depuis, cette bénévole chrétienne avait fait amende honorable et tout est rentré dans l’ordre.

Aujourd’hui, il existe une véritable entente entre les deux communautés pour apporter un soutien à cette population précarisée. On peut parler de la même charité chrétienne et musulmane.

                      Des lits de camp qui ne garantissent aucune intimité entre hommes et femmes hébergés

Non, ce n’est pas la porte du paradis, mais celle, plus modeste, du centre d’hébergement d’urgence.

        La grande tablée

La salle paroissiale de Novel, désertée par les catholiques du quartier pour cause de covid, a  retrouvé une affectation évangélique chère au Curé de Novel : accueillir les pauvres et les nécessiteux pour leur offrir une nuit sur un lit de camp et quelques nourritures offertes par les bénévoles issus du quartier, qu’ils soient chrétiens ou non. Ces bénévoles assurent l’accueil de 18H00 à 21H00 et participent au rangement après 9H00.

 

Un accueil d’urgence béni par l’église catholique

Cette ancienne proposition du curé de Novel de mettre à disposition sa salle paroissiale comme lieu d’accueil d’urgence avait été boudée à l’époque par la Préfecture.

Devant le manque crucial de lits hébergement en décembre 2020, cette proposition divine est devenue pour l’actuel Préfet une aubaine. Sollicitée par la Préfecture, la mairie d’Annecy a demandé au curé de Novel de mettre à disposition la salle paroissiale de Novel, ce que le prêtre a accepté avec beaucoup d’empressement.

Si pour la LDH, augmenter le nombre de lits d’accueil d’urgence dans la période actuelle est vital, elle regrette que l’État ait dû recourir à une organisation religieuse, alors que son rôle était d’anticiper la création de lits d’urgence, et surtout créer un nombre important de lits pérennes dans un cadre de neutralité républicaine.

L’ouverture du centre d’hébergement d’urgence de Novel a créé une situation singulière provoquée par deux bénévoles  concernant la nourriture Halal.(voir Avertissement en début d’article)

Le curé Grillet a précisé que : « Les bénévoles qui viennent ici contribuent avec ce qu’ils sont, avec leur conviction, les musulmans mangent Halal, les juifs Kacher, les chrétiens mangent avec amour ». Tous ceux qui veulent apporter à manger le peuvent. C’est un centre ouvert. »

Une situation que regrette la LDH en donnant au fait religieux une légitimité « républicaine », ce que traduit le père Curé Grillet par  » la société n’est pas laïque, elle est faite d’hommes et de femmes qui ont leur propre confession ».

Une cuisine improvisée géré par des bénévoles

Pour Laurence Parrot, Directrice générale de l’association *GAIA (voir encart en fin d’article), l’important est de trouver des locaux et des lits pour accueillir les sans abris afin qu’ils puissent dormir au chaud. Peu lui importe l’origine et la nature de celles et ceux qui se proposent pour venir en aide à cette population. L’important est de permettre à toutes les bonnes volontés de manifester leur solidarité.

Toutefois, elle considère qu’un centre d’accueil de nuit n’a pas à fournir un repas complet : « Les personnes peuvent aller à Vovray où un excellent repas leur est servi sous le chapiteau. À Novel, ce ne peut être que des compléments.

 

Des conditions d’hébergement déplorables dénoncées par la LDH.

Les lits et les paravents ont été installés par l’association GAIA*.  Les lits de camp et la literie ont été achetés par l’association avec l’aide financière de l’État (DDCS). Les paravents ont été fournis par la ville.

Gaia met à disposition un gardien de nuit de 21H00 à 9H00 pour assurer la sécurité. Il est certain que sa tâche n’est pas facile puisque aucune intimité n’est assurée sachant que ce centre accueille des hommes et des femmes isolées.  » Bien que les femmes soit regroupées, leur lit reste visible des hommes, comme l’écrit la LDH de Haute-Savoie dans un courrier envoyé au Préfet :  » le résultat au bout de quelques semaines est sidérant : on se couche tout habillé; on dort mal à cause de la promiscuité et des bruits divers de la nuit; les femmes dans leur lit sont visibles des hommes; on fume, on se drogue, on fait l’amour, on se querelle. Les encadrants bénévoles sont dépassés et ont peur; les responsables associatifs couvrent de leur mieux tous ces dérapages. »

Vincent Grillet, curé de la paroisse Ste Thérèse qui regroupe l’église des Fins et de Novel.

Le père Grillet reconnaît que les conditions ne sont pas parfaites :  » Dans une salle de 200 m2 pour 40 personnes il ne peut y avoir une indépendance totale. Il y a une certaine forme de promiscuité. Nous avons regroupé les femmes du côté du logement du gardien pour qu’elles puissent être dans des conditions plus sereines. »

De son point de vue, Laurence Parrot, directrice générale de GAIA ne sous-estime pas les conditions difficiles que vivent les personnes hébergées, mais  tempère l’appréciation de la Ligue des Droits de l’Homme en expliquant que son association a les compétences professionnelles pour gérer les accueils de nuit, ce qu’elle assure depuis de très nombreuses années.

Selon Laurence Parrot, les gardiens de nuit ont une formation de sécurité qui leur permet de gérer ce public dont certains éléments sont instables avec des comportements imprévisibles. Il y a une quinzaine de jours au centre de Novel, le gardien a dû gérer une personne dont le comportement relevait d’une pathologie mentale.

Ceci a été fait avec tact et professionnalisme.

 

Coup de projecteur sur l’association GAIA

GAIA (Groupement d’Associations d’Insertion Annécien).

Cette association rassemble les valeurs issues du Conseil National de la Résistance. Cette culture s’inscrit dans les valeurs de la république. GAIA a pour mission de venir en aide aux « cassés » de la société : SDF, réfugiés, précaires… Elle gère les repas fournis chaque midi à cette population dans le chapiteau dressé dans la zone de Vovray par la mairie d’Annecy, l’abri de nuit St Christophe, le CHRS* St François, la traverse, « Ma bohème », l’accueil de jour « L’herminette »l’association mère enfant (AME) « La parent-elle »,  et va ouvrir la 1er mars un nouveau CHRS Boulevard du Fier à Annecy.

Voir organigramme

Cette association est soutenue par des financeurs publics: DDCS, DIRECCTE, Région Auvergne-Rhône-Alpes, Mairie d’Annecy, L’Agence Régionale de Santé, Le Conseil Départemental de la Haute-Savoie.

* (Centre d’hébergement et de réinsertion sociale)

9 commentaires

  1. merci Vincent
    combien de temps pourras tu avoir vis a vis du diocèse pour continuer ce combat?
    Combien on quitté cat ils avaient les mêmes idées que toi.
    Résiste et tu auras le paradis.

    Répondre
  2. Pour une fois, elle n’est que dans son rôle, reste à s’assurer que ce soit dans des conditions sanitaires adéquat.

    Répondre
  3. Le 5eme pays le plus riche du monde
    offre la preuve que la société tant vantée par nos dirigeants n’est qu’une image pour lobotomisés.
    Le Spectacle continue.

    La misère ronge les esprits et les corps.
    On vit en France comme des bêtes sauvages.

    Répondre
  4. En tant que bénévole très impliquée dans l’accueil des personnes « de la rue » pour le 115 à Novel, je suis choquée de la tenue de vos propos.
    Pour équilibrer les choses , je vous invite à interviewer les personnes accueillies.
    Vous entendrez parler de leur sentiment d’être « presque comme à la maison ».
    Ils se sentent bien accueillis, dans un lieu propre et agréable (même si, bien sûr, ce n’est pas le confort parfait…)
    Les repas sont chaleureux et conviviaux et la cuisine peut être Halal ou pas, selon les cuisinières, sans aucune « rivalité » mais dans le plus grand respect des uns et des autres.
    Le « on fume, on se drogue , on fait l’amour »  est totalement faux.Tabac et alcool (et le reste!!) sont prohibés à l’intérieur et nous sommes tous vigilants.Personne n’est dépassé , personne n’a peur et en aucun cas il n’y a eu de dérapages…Au contraire, nous sommes passés de quelques bénévoles à plus de 50, et tous sont unanimes pour dire que cette riche expérience est un beau moment de partage ,de fraternité,de respect et de service. (sinon ils ne seraient pas si nombreux!!!)
    Je vous invite à nous rejoindre pour vous en rendre compte par vous mêmes !!!

    Répondre
    • Je vous remercie pour votre commentaire.
      Vous me dites que vous avez été choquée par la tenue de mes propos. J’ai simplement constaté des faits. L’installation sommaire de ces lits de camp séparés par de simples paravents ne peut assurer une certaine intimité. D’ailleurs, ce constat est partagé par le curé Vincent Grillet que j’ai interviewé. Ce n’est parce-que ce sont des personnes socialement défavorisées qu’elles n’ont pas droit à une certain dignité, en particulier les femmes présentes dans cette salle. Ces conditions d’accueil sont du ressort du préfet.
      En tant que journaliste, je dois donner la parole à tout celles et ceux qui, de près ou de loin, ont un rapport avec ce centre d’hébergement. Ces personnes ont une approche différente du même évènement, et elles donnent des éléments d’information que d’autres n’ont pas. J’ai donné le point de vue de la LDH qui a adressé un courrier au Préfet. Vous avez remarqué que ses propos ont été modérés par la directrice de GAIA. Toutefois ces militants font depuis des années un énorme travail d’accompagnement et d’aide pour toutes cette population, et je vous invite à les rencontrer pour que vous puissiez découvrir leur travail qui est tout aussi respectable que le votre.
      Vous dites qu’il n’y a pas eu de dérapages. Je ne pense pas que vous soyez présente la nuit où de l’avis de la directrice de GAIA, des dérapages, bien gérés par le veilleur de nuit, se sont produits.
      Vous m’invitez à vous rejoindre. je suis venu deux fois dans le centre. J’ai pu discuter avec des bénévoles et des personnes hébergées. J’ai constaté que tout se passait bien dans une ambiance chaleureuse, ce qui n’obère pas les dysfonctionnements constatés.

      Vous écrivez : ”Les repas sont chaleureux et conviviaux et la cuisine peut être Halal ou pas, selon les cuisinières, sans aucune « rivalité » mais dans le plus grand respect des uns et des autres.”
      Il semble que ce n’est pas le ressenti des personnes de l’association musulmane ”La baraka chez Kadi” qui auraient subis des remarques désobligeantes de la part d’une bénévole et que leur plats ”Halal” n’auraient pas été distribués.

      Je le répète, ce ne sont pas ”mes” propos, mais ceux que j’ai recueillis.

      Je n’ai pas votre identité, mais je suis prêt à vous rencontrer. Il suffit de m’appeler au 06 81 17 45 71?

      Cordialement

      Gérard Fumex
      Journaliste

      Répondre
  5. La République est un « Pannel » de Personnes, de Groupes, en fait de Citoyens. De fait, de par leur naissance, éducation, conditionnement, culture, ..etc, ces Citoyens peuvent paraître – en apparence – bien différents, mais au fond du fond beaucoup d’entre nous ressemblent à beaucoup d’entre vous, et à beaucoup d’entre autres, réclamant de la Dignité et de l’Amour, au sens Universel du terme. Dans la vie, qui n’est pas un long fleuve tranquille, on peut être tour à tour Aidé ou Aidant. Parmi la soixantaine de bénévoles présents autour de cette initiative à la Paroisse de Novel, Toutes et Tous, Citoyennes et Citoyens de la République, sont des Jeunes, des moins Jeunes, des Retraités, des Actifs, des Musiciens, des Cafistes, des Montagnards, des Sportifs ou pas, des Croyants ou pas (ou du moins ils croient à leurs engagements), des Femmes, des Hommes, des Cafistes, des Cyclistes, des Cuisinières, des Artisans, des sans emploi peut-être, etc, etc … Ils constituent un Groupe Humain, qui s’agrandit quand les Accueillis et tous les Intervenants (Associations, Responsables de la Paroise, Prêtres) sont présents. Tout simplement un Groupe Humain. Et comme dans tout groupe humain, il faut composer, cela s’appelle faire de la Psychologie, être pédagogue, psychologue, compatissant, oubliant peu à peu, et beaucoup son « Ego ». Une réunion s’est tenue lundi de cette semaine en plein air avec le Responsable B., où les questions, remarques et « dysfonctionnements » apparents ont été évoqués et réglés, même si les voix s’élèvent, et c’est comme cela dans tous les groupes. C’est comme cela dans nos Familles, c’est comme cela partout. Mais une volonté tenace et intelligente d’aboutir s’y manifeste, et ça marche. C’est la vie du Groupe. Et c’est parce que tous les Bénévoles agissant, ont conscience de la fragilité des personnes et de la situation, et aussi conscience des personnalités et attitudes différentes du Groupe Aidant, qu’elles échangent justement à ce propos. We do the best, mais si parmi les critiquants, des personnes pensent qu’elles peuvent apporter de l’amélioration au projet, de quelque nature que ces soit, je pense qu’elles sont les bienvenues. Dans cette attente, merci de ne pas ternir l’engagement sincère des bénévoles, mais encouragez-le ! Nobody is perfect ! Bien cordialement,

    Répondre
  6. Je ne comprends pas la position de la LDH concernant l’accueil d’urgence de Novel. L’humanisme et la solidarité nous concernent tous quels que soient nos choix politiques ou religieux.
    S’il on peut regretter que l’état n’ait pas anticipé cette situation, cela nous dédouane-t-il de nos devoirs individuels de citoyens ?
    Merci à ceux qui gèrent et aident cette organisation.
    Pouvez-vous nous dire comment les soutenir ?
    Maric

    Répondre
  7. Bonsoir, merci, vous pouvez vous présenter à partir de 18h ou le matin à partir de 7h, les bénévoles vous renseigneront,

    Répondre
    • Merci pour votre invitation. Je suis déjà venu deux fois où j’ai rencontré longuement le curé Grillet que j’ai interviewé et aussi des bénévoles avec lesquels je me suis entretenu. À l’occasion, je ne manquerai pas de revenir dès que l’occasion le permettra. Cordialement

      Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.