Le tribunal de Bonneville reporte le procès des 7 « décrocheurs »

Ils sont venus en nombre, munis de pancartes, pour soutenir les 7 décrocheurs des portraits de Macron, convoqués par le tribunal de Bonneville pour répondre de leurs actes devant la justice. Quelques uns d’entre-eux sont entrés au tribunal pour recevoir une signification de report du jugement.

Devant le tribunal, l’ambiance était à la fête, mais avec un sens de l’organisation très poussée.

Des stands de restauration et de distribution de tee shirts alimentaient les troupes

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans une prise de parole Claudine Darque, d’Alternatiba et de la COP 21, rappelle les objectifs de ce mouvement de résistance national « Décrochons Macron », que les 7 « décrocheurs » ont relayé en Haute-Savoie. Un mouvement pour alerter « sur la politique suicidaire menée contre la planète,  à laquelle le gouvernement Macron contribue, malgré ses déclarations « environnementale ».

 

Depuis le début de la campagne, 82 portraits ont été décrochés !

« Tout a commencé le 15 février dernier lorsque le gouvernement adresse une réponse à l’Affaire du Siècle, ces 4 organisations (Notre Affaire à Tous, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France) qui ont décidé de poursuivre l’état en justice pour inaction climatique. Une action soutenue par plus de 2 millions de personnes.

Dans cette réponse, Emmanuel Macron et son gouvernement ne comptent pas changer de cap. Ce qu’ils font aujourd’hui en matière de politique climat est tout à fait satisfaisant et suffisant. La réalité est bien sûr toute autre et ne pas changer de cap signifiait continuer à nous emmener vers le chaos climatique, à condamner l’avenir des enfants qui vont à l’école aujourd’hui. Cette réponse était inacceptable.

Dans les semaines qui suivent cette journée du 21 février où les premiers « décrochages » sont réalisés , ceux-ci se multiplient partout sur le territoire et font face à une répression complètement disproportionnée. De nombreuses auditions, garde à vue, perquisitions, et notamment 10 procès pour 36 personnes poursuivies.Mais face à cette répression, la campagne ne fléchit pas, au contraire, elle s’amplifie. Le 23 mai dernier, 80 personnalités appellent à décrocher 125 portraits, nombre de jours qu’il a fallu à la France pour dépasser son empreinte écologique. Ces portraits sont a réquisitionner d’ici le Sommet du G7 qui aura lieu du 24 au 26 août à Biarritz. L’objectif, et ce sont leurs mots, sera de dénoncer à cette occasion-là, devant les 3.500 journalistes venus du monde entier, que la politique nationale du président Macron en matière d’environnement et de justice sociale ne correspond en rien à ses grands et beaux discours internationaux, dans lesquels il se positionne comme leader mondial du climat.

Aujourd’hui,  à Bonneville, nous apportons tout notre soutien, toute notre énergie, au sept prévenus qui ont eu le courage de prendre des risques importants pour l’intérêt général. Pour contribuer à relever le plus grand défi auquel l’humanité n’a jamais fait face et surtout pour empêcher qu’un gouvernement irresponsable prive d’avenir nos enfants. Alors un grand bravo à eux et elles et on se donne rendez-vous en nombre pour leur procès ! »

 

 

Deux procès ont déjà eu lieu. Ce 26 juin, 15 portraits ont été décrochés en soutien au prévenus de Strasbourg. : » Le verdict est très encourageant puisque les 3 prévenus ont obtenu la relaxe, et que le tribunal refuse lui-même de considérer ce type d’action comme un vol. » rappelle Claudine Darque.

Les demandes sont claires et les portraits ne seront rendus que sous ces conditions :
Le Gouvernement doit :

  • –  Dire la vérité sur le niveau de réchauffement auquel conduit la politique qu’il mène actuellement, et ses impacts à venir en France pour les générations présentes et futures.
  • –  Limiter le réchauffement à moins de 1,5°C : en mettant en place dès aujourd’hui des mesures ambitieuses et radicales dans tous les secteurs pour s’aligner sur une trajectoire compatible avec les 1;5 degré promis lors de la COP 21
  • –  Garantir la justice sociale en mettant immédiatement en place des mesures d’accompagnement social ambitieuses pour les personnes les plus précaires et les plus vulnérables au dérèglement climatique.

 

Auteur: Michel RIOCHE

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.