Le rassemblement citoyen des Glières : laboratoire d’un projet de société pour le 21ème siècle

Au Forum des résistances le 26 mai dernier à Thorens-Glières, plusieurs tables-rondes ont évoqué les combats du monde ouvrier et salarié de ces dernières décennies. Parmi les courants de pensée qui ont irrigué ces combats, celui incarné par Charles PIAGET dans les années 70 inspire aujourd’hui le Réseau Citoyens Résistants.

Ouvrier, militant syndicaliste particulièrement actif en 1973 à Besançon lors du conflit social né au sein de l’entreprise d’horlogerie Lip, Charles PIAGET est devenu une figure emblématique du mouvement autogestionnaire français. Aujourd’hui âgé de 84 ans, il reste attaché à cet idéal d’inspiration marxiste qui prône notamment la suppression de toutes distinctions entre dirigeants et dirigés, et la non-appropriation des richesses produites par la société.

Rester égaux et privilégier le collectif, telles sont les fondamentaux que Charles PIAGET a réaffirmés à Thorens-Glières. Gérard FUMEX a recueilli ses propos:

Loin d’être pessimiste dans le contexte de crise que nous connaissons, Charles PIAGET compte sur l’avènement d’un nouveau modèle économique qui marque une rupture avec le libéralisme. Et pour qu’un véritable projet de société répondant à ses attentes puisse voir le jour, il en appelle au Réseau Citoyens Résistants créé avec le concours de l’association CRHA (Citoyens Résistants d’Hier et d’Aujourd’hui), organisatrice du rassemblement des Glières depuis 6 ans.

Pour Charles PIAGET, il faut être là où les gens luttent, loin des logiques d’appareil…

Au sein du Réseau Citoyens Résistants, chacun adhère à titre individuel, non au titre d’un parti ou d’un syndicat. Les idées sont débattues jusqu’à ce que tous tombent d’accord. C’est en tout cas le principe avancé. Quant au projet, il est de « réactiver » le programme du CNR (Conseil National de la Résistance) qui, au sortir de la Seconde guerre mondiale, avait permis d’initier des actions concrètes au bénéfice des Français, dans un esprit de liberté et de solidarité.
Michel DUBOIS, membre du RCR69, fait le point sur cette démarche se voulant « hyper démocratique » :

Fort du témoignage reçu de l’ancien porte-parole des Lip, les sympathisants du RCR (Réseau Citoyens Résistants) ne veulent pas brûler les étapes. A leur rythme, ils espèrent développer une certaine influence, sans visée électorale immédiate.

Leur volonté est plutôt pédagogique : « éveiller les gens et leur faire comprendre que c’est à eux de se saisir des problèmes » précise Michel DUBOIS. D’ailleurs, le RCR vient de publier un livre d’entretiens avec Charles PIAGET intitulé « la force du collectif », aux éditions Libertalia.

Myriam BENOIT

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.