Le Préfet commente la baisse historique du niveau du lac d’Annecy

Dans un communiqué, le Préfet de Haute-Savoie intervient sur la baisse historique du niveau du lac d’Annecy.

Alors que la cote de référence du lac au pont de la Halle est de 80 cm, elle est de 13 cm le 15 octobre 2018 : « Il faut remonter à 1947 pour connaître un niveau plus bas (cote 0,11). Si la seconde moitié du XXème siècle n’a pas connu d’étiage marqué, ce type d’épisode s’est toutefois renouvelé dernièrement à plusieurs reprises : été 2003 (0,31), automne 2009 (0,42), été 2016 dans une moindre mesure (0,50), et désormais l’été et l’automne 2018. »

 

Des rumeurs inconsidérées

Le Préfet s’insurge sur des rumeurs répandues dans l microcosme annécien, en particulier au sein des commerçants et des loueurs de bateaux insinuant que la ville d’Annecy a volontairement « vider le lac » pour alimenter les cours d’au en aval : « Depuis fin juin, les vannes de régulation ont été relevées et ne laissent s’écouler du lac que le débit minimum, indispensable à la vie aquatique du Thiou et à la continuité de l’écoulement.

La baisse significative du niveau du lac d’Annecy est imputable aux conditions météorologiques exceptionnelles enregistrées cet été sur la Haute-Savoie. En effet :

  • Les prélèvements pour l’alimentation en eau potable sont conformes aux valeurs habituelles.
  • Comme indiqué ci-dessus, les débits sortant du lac ont été réduits pour limiter la baisse du niveau de celui-ci. »

 

Les roselières se portent mieux. La faune et la flore des rivières souffrent terriblement.

Le Préfet tient à relativiser la baisse du niveau du lac : « Sur un plan environnemental, l’impact sur le lac est à relativiser (baisse lente et progressive du niveau permettant à la faune de s’adapter, eau toujours fraîche en profondeur…). Cette situation est même bénéfique aux roselières lacustres, puisque ces périodes d’étiage, favorables au développement des roseaux, n’existaient plus avec la stabilisation artificielle du niveau du lac. »

« En revanche, face à la situation il faut souligner que la situation est tout autre pour les rivières, où la faune et la flore subissent des impacts beaucoup plus importants (perte d’habitat voire assechement complet des cours d’eau, augmentation importante de la température de l’eau…). »

Auteur: librinfo74

Partager cet article :

1 commentaire

  1. « vider le lac »
    Plutôt vidé….
    Salutations

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.