Le maire et les maire-adjoints d’Annecy mis au pilori

C’est un affichage digne des méthodes obscurantistes du moyen-âge que le public a pu découvrir sur les panneaux de libre expression à Annecy. Les têtes guillotinées du maire d’Annecy à côté de 12 maire-adjoints, ont été collées anonymement par des couards dont le courage est à la hauteur de leur médiocrité.

Qu’ont ils fait ces élus pour mériter une telle ignominie ?

On peut lire pour chaque élu : « Votre vie s’est elle améliorée depuis l’élection d’Astorg ? La sienne oui !!! «  Les raisons ? « A voté l’augmentation de vos impôts et l’augmentation de ses propres indemnités de 25% » Des affirmations que les têtes muettes placardées n’ont pas eu la possibilité de démentir.

Ces élus n’ont pas augmenté leurs indemnités en 2022
Contactée au téléphone, Bénédicte Serrate, maire-adjointe au social, est ulcérée et révoltée : « Le tableau des rémunérations a été publié 18 mai 2021 conformément à la loi. Ce tableau a intégré l’augmentation de 25 % des indemnités des élus suite au passage de la ville en tant que chef lieu du département. Depuis nos indemnités n’ont pas augmenté.

Nous n’avons jamais voté une nouvelle augmentation de 25 % lors du conseil municipale du 4 avril 2022 comme le prétendent certains membres de l’opposition. Le seul point à l’ordre du jour a été la nomination d’un maire adjoint nouveau, et la nomination d’une maire adjointe à la place de Magali Mugnier passée à l’agglo. Ceux-ci bénéficient évidemment des mêmes conditions de rémunération légales votées le 18 mai 2021. Nous sommes revenus sur ce sujet le 4 avril suite à l’interpellation de l’opposition sans pour autant donner toutes les explications, ce qui a permis à l’opposition de divulguer de fausses informations.

Suite à ce conseil municipal, cette campagne odieuse a créé un malaise au sein des agents de la ville qui se sont imaginés que nous nous étions accordé une augmentation de 25 % en 2022. C’est totalement faux. Les élus de l’opposition le savent bien ! »

La déléguée CFDT du personnel, qui avait cru à cette augmentation, a envoyé un démenti à tout le personnel quelques jours après avoir vérifié ces informations.

Des plaintes ont été déposées
« J’ai personnellement porté plainte comme l’a fait le maire et d’autres maire-adjoints, explique Bénédicte Serrate. On ne peut pas se laisser diffamer de la sorte quand on sait le travail que nous faisons.
Nous avons de sérieux indices qui permettront aux forces de police de trouver les coupables. »

Denis Duperthuy n’est absolument pas choqué par ces méthodes qui, pour lui, relèvent de la libre expression

 

Auteur: gfumex

Partager cet article :

1 commentaire

  1. C’est de la liberté d’expression (ce qui ne légalise pas la diffamation si elle est avérée). Mais sur la forme : s’attaquer aux personnes plutôt qu’à un système et organisation politique relève d’une méthode malsaine, flirtant outrageusement avec des argumentaires dits populistes évinçant les questions politiques et de société au sens « noble » du terme. Autrement dit laissons ce genre d’argumentaire à la droite souverainiste et populiste (qui en sont bien avides pour bien cacher le reste), il y a de multiples raisons de lutter pour améliorer (ou révolutionner) la société contre le système capitaliste que de s’indigner sur des « visages » (« regardez c’est eux », pendant que c’est tout le système qui nous vol), qu’ils soient honnêtes ou pas, en fin de compte c’est pas le sujet. Circulez.

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.