Le juge Garzon considère que l’assassinat des populations civiles au Yemen tuées par les armes françaises vendues à l’Arabie Saoudite relève de crimes contre l’humanité

Le 31 mars, le juge Garzon était l’invité des Images Hispano-Américaines avec la projection du film « Codes » qui retrace l’engagement des juges internationaux dans la mise en place des tribunaux capables de juger les chefs d’États coupables de crimes ou de complicités de crimes contre l’humanité.

On se souvient de l’action retentissante de l’arrestation en 98 du Général Pinochet à Londres, grâce à la détermination totale et inflexible du Juge Garzon.

Nous lui avons demandé si l’État Français, vendeur d’armes à l’Arabie Saoudite peut être considéré comme complice de crimes contre l’humanité. Le juge Garzon a expliqué que les États vendeurs d’armes ont l’obligation de respecter des règles strictes interdisant de les utiliser contre les populations civiles.

Avec le rapport confidentiel révélé aujourd’hui, la France connaissait l’usage illégal de ces armes. S’étant tue, elle devient ainsi complice de crimes contre l’humanité :

 

Auteur: gfumex

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.