Le grand rassemblement pour les libertés… de l’enseignement !

Les manifestations se suivent et ne se ressemblent pas.

Samedi, au même endroit, sur le Pâquier, avait lieu la manifestation contre la loi sécurité globale.

Ce dimanche, rien de tout cela.

Ils étaient très nombreux à défendre les libertés. Mais la plupart des banderoles et panneaux appelaient à défendre la liberté « d’enseigner à la maison ». Une façon de critiquer implicitement l’éducation nationale comme représentant une obligation étatique.

Sur la tribune, une oratrice critiquait les enseignants qui imposaient aux élèves une règle de fer pour qu’ils gardent leur masque en permanence.

Même si on peut critiquer une institution trop centralisée, ces critiques rejoignent celles des défenseurs de la privatisation de l’école.

Une privatisation de l’ensemble des services publics pour affirmer la liberté individuelle face à l’organisation collective de la société.

Ce « Grand rassemblement » est à l’initiative du collectif « Transition citoyenne », sous l’impulsion de Jacques Roura. On peut se demander si toutes les associations qui appartiennent à ce collectif sont d’accord avec cette prise de position ?

 

 

Partager cet article :

11 commentaires

  1. Bien vu,

    la démocratie est en danger avec de telles conceptions.

    C’est la curée contre les services publics les plus porteurs des grands principes démocratiques.

    Mais au risque de lasser, si tout ceci émerge maintenant, c’est bien la faute du régime capitaliste en décomposition : son incapacité à assurer ses promesses tenues depuis maintenant 200 ans .
    à savoir les progrès de tous et tout en continu grâce à la concurrence et la liberté des capitaux.
    La constante perte de pouvoir d’achat occidentale est un fait.
    Difficilement masquée y compris par des institutions d’État comme l’INSEE dont le mode de calcul du pouvoir d’achat, LA référence, est très contestable au moins.
    La France, les français s’appauvrissent mécaniquement: le travail donc la richesse produite vient à manquer systématiquement. La désindustrialisation, l’optimisation financière nous prive d’activités dont la rentabilité n’est pas optimale, c’est à dire rapide et élevée.
    Ce choix de rentabilité élevé interdit de nombreuses activités, production de biens et services, puisque le capital, privé, se refuse de le financer.

    Allez voir une banque pour lancer une activité, vous serez éclairé sur la nature réelle d’une banque aujourd’hui: un coffre-fort fissuré qui ne s’ouvre aux prêts qu’en l’absence de risque, autrement-dit plus jamais. C’est la négation du libéralisme capitaliste. C’est bien la preuve de la fin d’un régime économique.
    L’activité est bloquée PAR la nécessité de critères de rendement impossibles à respecter.
    C’est donc l’essence même du mécanisme de progression qui est en panne.
    Des milliards d’euros et de dollars ne trouvent pas preneurs !
    C’est une cause de ces intérêts négatifs, cette absurdité qui veut que l’on gagne à emprunter !

    Cet mort du capitalisme est la mort de 200 ans de civilisation, car c’est SON MOTEUR principal.
    On n’agit QUE pour un profit, un gain. SI le gain n’est plus possible, c’est l’effondrement.

    Il est urgent de changer de régime, c’est à dire d’établir une démocratie de fait, qui se départisse des contraintes du rendement financier de la monnaie d’échange des biens et services.

    Il est urgent de redonner à la monnaie sa SEULE VALEUR perenne, une valeur d’échange et non plus de pouvoir par accumulation.

    Mais ce changement de statut de la monnaie détermine un changement de régime économique. C’est une révolution à la fois économique et intellectuelle. En 200 ans, NOUS avons perdus les concepts, les habitus, les réflexes, les capacités à agir hors d’un cadre capitaliste, consommateurs, producteurs, rentiers, … toutes ces ‘activités’ comportementales sont remises en question dans un régime du partage des biens communs, des produits et des services.

    Le chaos capitaliste nous paralyse et nous sombrons.
    Ce sont nos capacités à comprendre cette situation qui seules nous permettront de la surmonter
    en créant une économie (au sens vie en société) nouvelle.
    C’est un énorme effort social, individuel et collectif à mener
    sous peine de rééditer l’histoire de toutes les fins de civilisation.

    Répondre
  2. Malheureusement, ce n’est pas la première fois que ce collectif pour la transition citoyenne a ds comportements ambigus. Il avait déjà invité des personnalités bien surprenantes et plutôt proches de l’extrême droite ! Il serait bien que les membres de ce collectif qui ne se sont pas encore mis en retrait fasse vite savoir à ce monsieur et à ses quelques amis qu’ils doivent clarifier leur position et quitter le collecif !

    Répondre
    • La je vous arrête tout de suite, Jacques Roura fait bien partie du collectif de transition citoyenne au même titre que des milliers de citoyen du bassin Annécien mais ce rassemblement n’est pas organisé sous l’impulsion du collectif de transition citoyenne.
      Il s’agit d’une diffamation de plus de la part de Gérard Fumex qui attaque Jacques Roura de manière récurrente depuis maintenant bien des années.
      Cette banderole Destitution s’est invitée à la fête malgré nous et il vous fallait faire un article à charge.
      Malheureusement Librinfo74 est soutenu par le ministère de la culture et il ne s’agit donc pas d’un média libre et indépendant.

      Répondre
      • Je me permets de vous répondre puisque vous me reprocher de diffamer Jacques Roura. Ce n’est pas pour ma part une attaque personnelle puisque j’ai eu des contacts fructueux avec lui sur la défense de l’environnement et le droit à une alimentation de qualité.

        Ce que je n’accepte pas c’est que Jacques Roura ait invité lors d’un « forum citoyen » organisé un dimanche matin de janvier 2016 à Bonlieu, l’avocat de Dieudonné, Maître François Dangléhant venu spécialement de Paris, Thierry Borne,un chef d’entreprise, qui a lancé un appel à mobilisation générale, très proche d’Alain Soral et de Dieudonné avec lequel il s’est fait prendre en photo en faisant une quenelle, Ergun Yvcel, membre actif du Conseil National de Transition créé par Éric Fiorile, un ”penseur” d’extrême droite créateur de la ”Démosophie”.

        Ces personnes se sont exprimées longuement devant un public qui n’a pas eu la parole.
        Je vous transmets le lien de l’article paru dans librinfo à ce suiet : https://librinfo74.fr/le-collectif-solidarite-resistance-dannecy-pollue-par-les-parfums-nauseabonds-de-lextreme-droite/
        Je vous laisse découvrir cette vidéo.
        J’ai posé la question à Jacques Roura s’il connaissait les choix idéologiques de ses invités. Il m’a dit que non mais qu’il allait se renseigner et qu’il serait vigilant.
        Il ne m’a jamais répondu s’il s’était renseigné.

        Comme vous semblez bien connaître Jacques Roura, vous pourrez lui demander ce qu’il en pense. Comme je n’ai jamais eu d’explication de sa part, je serai intéressé de connaître sa réponse.

        Le plus surprenant est que deux ans plus tard, lors de la fête organisée à l’ISETA à Poisy par le collectif ”Transition citoyenne Semnoz” – dont Jacques Roura est l’initiateur – ce dernier avait organisé le service d’ordre à la demande des propriétaires du site.
        J’ai eu la surprise de constater que Jacques Roura avait pris Ergun Yvsel dans son équipe. Au bout de deux ans, je pense qu’il aurait pu découvrir son appartenance à un mouvement d’extrême droite.

        Invité par transition citoyenne comme journaliste pour couvrir l’évènement – bien que ce collectif ait interdit à notre association AAPLE de tenir un stand, comme nous l’avions toujours fait – j’ai eu la désagréable surprise d’être agressé à mon arrivée par Ergun Yvsel qui m’a dit que je n’avais rien à faire ici et a même essayé de m’arracher ma caméra des mains. Jacques Roura présent n’est pas spontanément intervenu pour lui demander d’arrêter.

        Comme vous dites bien connaître Jacques Roura, demandez-lui si ce que j’avance est faux.
        Je n’ai jamais eu d’explication franche de sa part préférant esquiver tout contact.

        Je vous remercie de me tenir au courant de sa réaction.

        J’en profite pour vous répondre sur votre allusion gratuite que nous ne serions ni libre ni indépendant car étant soutenu par le ministère de la culture.
        Comme vous ne semblez ne pas êytre au courant des aides que le réseau des médias associatifs de proximité a pu obtenir de l’État, je vous explique comment cela marche. Nous avons obtenu à force d’intervention auprès du ministère de la culture, un fonds de soutien qui s’élève à 1 millions d’auros annuels pour l’ensemble des médias associatifs en France.
        Nous devons établir un dossier de demande de subvention qui n’est pas automatiquement accepté. Nous devons justifier que nous traitons l’actualité locale de proximité, que nous n’avons pas de Pub (c’est notre cas) ou très peu. Croyez-moi, il n’y a aucune contrepartie sur le contenu rédactionnel car la plupart des médias indépendants représentent un véritable contre-pouvoir et les politiques gouvernementales sont souvent l’objet de critiques acerbes sans que cela influence en aucun cas l’attribution ou non de la subvention obtenue sur des critères objectifs. Il s’agit du même système d’aide des radios associatives obtenu en 1981. Ces radios associatives ont pu perdurer gràce à ces subventions. Renseignez-vous si elles considèrent avoie subi des atteintes à leur indépendance.

        Répondre
        • Bonjour, puisqu’on me cite une deuxième fois aujourd’hui, je réponds pour la deuxième fois.
          Tout le monde peut se tromper : depuis, je me suis renseigné et, par conséquent, cela fait plusieurs années que j’ai cessé toute relation avec les personnes et les structures mentionnées, sauf le Collectif Transition Citoyenne Semnoz.

          Répondre
          • Je prends acte du commentaire de Jacques Roura. C’est la première fois qu’il reconnaît avoir cessé toute relation avec ces groupes factieux. Cependant, je ne sais pas pourquoi il avait pris avec lui dans son service d’ordre Ergun Yvcel qui m’a agressé, ayant eu le temps de vérifier son appartenance à un mouvement d’extrême droite. Cela reste une réponse sans réponse.

  3. Je regrette cet article, ce n’est pas du journalisme, mais juste une brève opinion posée et du jugement, sans saveur. Pour être resté personnellement sur place du début à la fin, je peux vous dire que tous les sujets de ce que nous vivons en ce moment ont été traité par les interventions micros. Car oui la crise que nous vivons est transversale, elle touche tous les domaines : politique, économie, sociale, sanitaire, familiale, éducatif, alimentaire, existentiel, spritiruel, et d’autres encore oubliés ici. Tous ceux qui ne le comprennent pas encore continuent à étiqueter… droite, gauche, complotiste, etc… Et jouer le jeux de la séparation, de votre propre séparation ! Le réveil sera difficile pour beaucoup, mail il est en cours.

    Répondre
    • Je peux affirmer, lors de ma visite au Grand Rassemblement sur le Pâquier, que les seules pancartes explicites concernaient le droit à l’éducation à la maison et la banderole « Destitution » était bien visible avec celle de la défense des libertés. Il est vrai que la notion de défense des libertés est un concept trop vague. Des libertés contradictoires peuvent être affirmées comme, par exemple, la liberté de ne pas respecter les lois républicaines ou celle de ne pas respecter le droit du travail, de placer son argent dans les paradis fiscaux pour ne pas payer ses impôts…

      Toutefois, je reconnais de n’être pas resté pendant toute la manifestation. Notre média indépendant n’a pas la force rédactionnelle du Dauphiné. Je vous propose donc de compléter mon article en me communiquant les autres sujets qui ont été abordés au cours de ce rassemblement, en vous demandant, bien sûr, d’être à la hauteur du journalisme que vous souhaitez.

      Répondre
  4. RECTIFICATIF :
    1°) Le Collectif Transition Citoyenne Semnoz n’est pas l’organisateur de ce rassemblement.
    2°) Je ne suis pas l’organisateur de ce rassemblement.

    Répondre
  5. Le refus du masque est un prétexte pour refuser les valeurs de la République au sein de l’ école laïque.

    Répondre
  6. Bonsoir
    je suis étonné qu’un rassemblement aussi pacifique puisse déchainer autant de règlements de compte avec parfois de l’agressivité et je me demande si tout tourne vraiment rond en France en ce moment .
    Un rassemblement ou la joie prime ou l’on danse librement en fin d’après midi dans une communion d’esprit témoigne plutôt d’une saine réaction face à une situation globale morose . ce rassemblement devrait susciter envies et non pas critiques.
    un rassemblement apolitique aussi jeune , novateur et qui fonctionne bien est forcément la cible de récupération diverses , on peut alors ne parler que des récupérations ou bien alors parler d’un élan nouveau porteur d’espoirs .
    j’ai vu énormément de joie dimanche et j’ai donc vu beaucoup de sourires , j’espère que les sourires ne froissent pas ceux qui n’en voient plus depuis quelques temps .
    merci à ce collectif il m’a redonné foi en l’être Humain

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.