Le Collectif « Non au gaz de schiste Pays de Savoie et de l’Ain » alerte sur une nouvelle autorisation de forage sous le lac Léman.

 

Le Département du territoire et de l’environnement du
Canton de Vaud vient d’autoriser un nouveau forage
de recherche d’hydrocarbure sous le Léman à
Noville.

– Malgré un moratoire du Canton de Vaud de 2011 sur l’extraction
des « gaz de schiste » en raison des risques de la fracturation
hydraulique,
– malgré une pétition de 15000 signatures recueillies par le collectif
« Halte aux forages Vaud » en 2015,
– malgré la manifestation populaire sur le site en 2017,
– malgré l’initiative pour l’interdiction de tout forage d’hydrocarbure
lancée par les Verts Vaudois en 2017,
la société PETROSVIBRI, détenue majoritairement par des fonds
publics dont indirectement les SIG et la commune de Lausanne,
vient d’obtenir du Conseil d’État une prolongation de 2 ans de
son permis de recherche et l’autorisation d’un nouveau forage
exploratoire .
Le but avoué de ce forage est l’évaluation quantitative du
gisement, ce qui nécessite le recours à la fracturation
hydraulique
Rappelons que la fracturation hydraulique consiste à fissurer la
roche réservoir (située à 4000 mètres de profondeur) à l’aide d’eau
(10 à 20 000 m3 par fracturation) sous très haute pression (700 à
1000 fois la pression atmosphérique) mélangée à du sable et un
cocktail de produits chimiques, la plupart cancérigènes ou toxiques
(100 à 200 tonnes).
Les risques de remontée des gaz et autres produits nocifs par
des fissures, nouvelles ou existantes, jusque dans l’eau du Lac
sont bien réels.

Auteur: jefdelhaye

Partager cet article :

1 commentaire

  1. Trop dangereux, je suis CONTRE bien entendu

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.