Le centre de congrès de la presqu’île d’Albigny ne se fera pas.

Bernard Bosson l’avait prédit : « le centre de congrès ne respecte pas la loi littoral ».  Un avis que vient de confirmer  la Cour Administrative d’Appel de Lyon, au grand dam de Bernard Accoyer  et son « ami » Jean-Luc Rigaut.

Dans un communiqué, les Amis de la Terre ont annoncé ce jugement du 6 juin qui a conclu que la déclaration d’utilité publique prise en faveur du projet de centre congrès sur la presqu’île d’Albigny (projet du CESC) était contraire à la « loi Littoral ».

La CAA a jugé que cette construction ne pouvait être considérée comme une extension limitée de l’urbanisation <<eu égard à l’importance des modifications apportées à ce secteur dont l’identité naturelle est accentuée par sa configuration géographique>>.

Cette décision reprend les principales critiques soulevées dès le départ du projet par les Amis de la Terre-74, la FRAPNA (devenue FNE-74) et Lac d’Annecy Environnement, associations largement soutenues par une part croissante de la population.

Les Amis de la Terre espèrent que les élus Accoyer et Rigaut seront capables d’accepter la décision de la cour d’Appel et ne s’entêteront pas, une fois de plus, à demander aux juges un réexamen supplémentaire du dossier, en dilapidant l’argent des contribuables.

Lire le jugement

 

Auteur: librinfo74

Mots-clés:

Partager cet article :

2 commentaires

  1. Excellente nouvelle ! Accoyer et Rigaut se doivent de respecter cette décision de justice . C’est le minimum !Repartir aux frais du contribuable pour un autre appel relèverait d’une position anti-démocratique .Merci à la FNE-74 , les amis de la terre et de lac annecy environnement et militants .Une très belle leçon qui devrait inspirer les citoyens pour continuer à s’emparer des questions qui les préoccupent plutôt que de les confier à des élus qui passent outre .

    Répondre
  2. Belle victoire bravo et merci pour votre combat. Domicilié au petit port je suis témoin déjà et fortement touché par la sur fréquentation des environs des rives du lac. Les importantes constructions dans le bas d’Annecy le Vieux, et la population touristique de plus en plus grande sont facteurs avérés de multiples nuisances sonores et environnementales. Il est grand temps de freiner cet expansionnisme débridé au vu des pollutions induites. Déjà en marche la démolition des garages Bocquet pour un projet hôtelier d’envergure !!!!

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.