LIVE : DEPARTEMENTALES - Débat en direct aux Villards/Thônes

Le 12 juin, reprenons la rue contre les idées d’extrême-droite.

Notre média librinfo édité par l’association AAPLE appelle à manifester le 12 juin contre la montée du fascisme rampant qui contamine notre société avec la complicité des forces politiques libérales. Nous nous associons aux autres médias qui ont signé cet appel.
Nous nous trouvons dans la même période en Allemagne quand les forces conservatrices ont soutenu la montée du nazisme mettant Hitler au pouvoir.

 

Tous les régimes d’extrême droite baîllonnent la presse et les journalistes

C’est la raison pour laquelle notre média a mené depuis sa création un combat contre les idées de l’extrême droite et dénoncé les organisations politique s’y référant, en particulier le FN aujourd’hui devenu le RN.

 

Le RN (ex FN) n’est pas un parti comme une autre

Cette position ne met pas en cause notre indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques, car nous considérons que les partis d’extrême droite, dont le Rassemblement National, veulent abolir notre Démocratie pour installer des dictatures avec comme référence le racisme, les discriminations, l’abandon des droits de l’Homme et du citoyen, et la suppression du droit à l’expression et à l’information. Les premières victimes de ces régimes sont les journalistes.

Cette affirmation  nous a valu en 1994 d’être poursuivi par Jean-Marie Le Pen pour diffamation et injure. Dans un article à propos des élections départementales de 1994, nous avions montré que les membres de l’extrême droite de l’époque, qui ont nourri depuis le Front National, avaient collaboré avec le régime de Pétain. Nous avons gagné le procès en première instance et en appel considérant qu’il n’y avait pas diffamation. Pour la forme, nous avons été condamné au franc symbolique pour avoir utilisé le mot nazi. Ceci nous a évité d’être poursuivi en cassation par le FN.

Toutes les raisons de vous mobiliser

Quand des policiers, soutenus par le Ministre de l’Intérieur et d’autres personnalités politiques manifestent pour avoir tous les droits face à la justice,
Quand le gouvernement fait voter une loi de Sécurité Globale et une loi contre le séparatisme qui s’attaquent aux libertés publiques et au droit d’informer,
Quand les polémiques sur l’islamo-gauchisme saturent les débats politiques,
Quand Gérald Darmanin estime que Marine Le Pen est « trop molle »,
Quand le gouvernement dissout l’Observatoire de la laïcité et les associations qui lui déplaisent,
Quand l’extrême droite la plus radicale multiplie les actions et les provocations…

C’est que les thématiques du Rassemblement National ont envahi tout l’espace et sont reprises au cœur même du gouvernement. Ces thématiques se retrouvent d’ailleurs également dans la défense des intérêts des plus riches, notamment en matière de fiscalité.
Mais la diffusion des idées de l’extrême-droite concerne toute la société. Les mouvements sociaux, syndicaux, citoyens, progressistes, doivent faire face tous ensemble à ces lourdes menaces.

 

En Haute-Savoie, comme partout en France, le 12 juin, nous devrons être des centaines de milliers dans la rue,

Associations, médias et syndicats, partis politiques ont décidé d’organiser le samedi 12 juin une première grande journée nationale de manifestation et de mobilisations qui se déclinera localement.

Si on refuse que le Rassemblement National dicte l’agenda politique, c’est un travail de longue haleine qui nous attend : recréer des solidarités, combattre pour les alternatives, pour la justice sociale et écologique, lutter contre toutes les discriminations, pour nos libertés…  C’est aussi dans la rue que ça se passe.

 

Les premiers signataires de l’appel publié sur le site appelpourleslibertes.com


Syndicats : CGT, FSU, Union syndicale Solidaires, Syndicat des Avocats De France, Syndicat de la Magistrature, UNEF (Union nationale des Étudiants de France), UNL (Union nationale des Lycéens), Fidl, MNL (Mouvement national Lycéen), FSE (Fédération Syndicale Etudiante, l’Alternative, Confédération Paysanne, USP (Union Syndicale de la Psychiatrie), CNT-SO, CGT-Police, Résilience France, SNMPMI (Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile).

Associations et collectifs : Attac, LDH, FCPE, Fondation Copernic, Oxfam, Alternatiba, Amis de la terre, Résilience commune, DAL, CNL (Confédération nationale du Logement), Comité justice pour ibo, Emancipation collective, Rencontre des justices, Coexister, CRAN, SOS Racisme, QNQF (Quartiers nord, Quartiers forts Marseille) , Observatoire National contre l’extrême droite, MRAP, association ViSA, Femmes égalité, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif féministe Les Rosies, Les effronté.e.s, JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) , AFPS, Conseil démocratique Kurde France, FTCR, CRLDHT, UTAC, France Amérique Latine, La Jeune Garde (Lyon, Strasbourg et Paris), Université Ouverte, Unis pour le climat et la biodiversité, collectif Police Contre la Prohibition, Youth For Climate, Changer de Cap, Compagnie Jolie Môme, Mémoire Traumatique et Victimologie, Héro.ïnes95, Union des Femmes Socialistes de Turquie, La Maison des Femmes de Montreuil, CNAJEP, les Francas.

Médias : Regards, L’Humanité, Politis, Contretemps, Le Media, Blast

Organisations politiques : ENSEMBLE !, Génération.s, La France Insoumise, EELV, GDS, Nouveaux Démocrates, NPA, Place Publique, le Parti de Gauche, Nouvelle Donne, les jeunes écologistes, MJCF (Mouvement des Jeunes Communistes), UEC, PEPS, Jeunes Génération.s, Rassemblement Communiste, UCL (Union Communiste Libertaire), PCOF, MdP (Mouvement des progressistes).

Auteur: librinfo74

Mots-clés: 12 juin, extrême-droite

Partager cet article :

3 commentaires

  1. La police prétend subir des tirs de mortiers en banlieue.

    Les associations religieuses prétendent que la loi 2004 est raciste.

    L’islamo-gauchisme n’existe pas.

    L’Observatoire de la laïcité n’a jamais collaboré avec le CCIF.

    Répondre
  2. Il n’y a pas seulement l’extrême-droite qui menace la liberté des médias, il y aussi les grands médias qui sont aux mains de milliardaires et les manipulations du pouvoir étasunien avec la CIA, qui a dénigré Julian Assange en montant l’histoire de viol en Suède, ce que la Justice suédoise a finalement reconnu comme fake-news. Tout ça dans le but de couper Julian Assange du soutien populaire et détourner l’attention sur les crimes de guerre commis en Irak et en Afghanistan par les troupes alliées sous direction des USA, crimes dénoncés par WikiLeaks.
    Aujourd’hui à Genève a eu lieu une conférence de presse, avec notamment Nils Mezler (représentant de l’ONU sur la torture), dans le cadre d’un Appel de Genève pour libérer Assange.

    Répondre
    • Exactement

      ne regardons pas le chiffon rouge mais la main qui l’agite.

      LE problème n’est pas l’extrême-droite mais son INSTRUMENTATION PAR LE POUVOIR.
      L’extrême droite est un outil des ultra-riches depuis toujours.
      Et c’est son usage qui est le problème donc pas la solution.

      La solution est la prise de pouvoir démocratique,
      la destruction de la ploutocratie qui est une dictature.

      Lutter contre l’extrême-droite NE CHANGERA PAS LE SYSTÈME actuel.
      Tout-juste peut-on faire comprendre que l’extrême-droite est un grand danger (et c’est peu dire) que les ultra-riches utilisent pour se maintenir malgré leur effondrement patent.

      Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.