Le 11 mai, la FSU annonce une rentrée mouvementée

Michel Lombart, pour le secondaire et Tuulikki Grepillat pour le 1er degré, s’attendent à un 11 mai ubuesque.

Alors que le Conseil scientifique s’est opposé à une rentrée scolaire le 11 mai, Macron, sous la pression des forces économiques et du Medef est passé outre afin de permettre aux parents d’aller travailler.

Une décision que le gouvernement et les services de l’État doivent appliquer alors qu’ils n’auront pas tous les moyens pour assurer la protection des enfants et du personnel : ”La rentrée va être très compliquée. Nous n’avons à ce jour aucune indication précise sur les conditions de rentrée explique Michel Lombart.”

« Pour justifier cette décision de réouverture des établissements scolaires, le gouvernement prend le prétexte que les enfants ”décrocheurs” puissent bénéficier de l’enseignement au sein de la classe, sachant qu’ils n’ont pas la chance d’un soutien scolaire dans leurs familles. Un discours que le président de la République aurait pu tenir depuis longtemps. »

 

Une période insupportable

Quant à Tuulikki Grepillat, elle estime la période insupportable : ”Nous sommes délibérément écartés de toute consultation et nous apprenons par la presse les mesures concernant l’Éducation nationale. Nous assistons à une improvisation totale du gouvernement sur les conditions de reprise des activités scolaires »

C’est pourquoi la FSU a adressé le 24 avril un courrier au Premier Ministre pour exprimer « avec gravité son inquiétude de voir perdurer des initiatives du ministre « Blanquer » qui sont sources de confusion et d’inquiétude. Initiatives qui ne sont pas fondées sur les expertises nécessaires et fiables pour garantir la sécurité des personnels, des élèves et de leurs familles. Au-delà de l’école, il en va bien d’une question de santé publique qui concerne l’ensemble de la population. »

C’est pourquoi la FSU a adressé au Ministre un courrier pour lui présenter ses propositions pour un déconfinement progressif.

Dans ce courrier, la FSU insiste sur le besoin d’un protocole national pour éviter des interprétations locales des consignes de sécurité. Elle demande de tester massivement les adultes et les élèves au-delà des personnes présentant des symptômes : « tout personnel ayant un doute quant à son exposition doit avoir la possibilité de se faire dépister ».

D’autre part, la FSU demande « de désinfecter des écoles et établissements, notamment ceux qui ont accueilli les enfants de soignants, de désinfecter les internats ayant accueilli d’autres publics depuis le 17 mars , d’équiper en matériel de protection les personnels et le public : masques, gel hydroalcoolique, savons, essuie-mains jetables, gants, lingettes de désinfection, et de former les personnels aux principes et mises en œuvre pratique des activités compatibles avec les gestes barrières, des distances physiques à respecter et des pratiques d’entretien de la désinfection des espaces pédagogiques et de travail. »

Enfin, la FSU insiste sur « les conditions inégalitaires de l’enseignement à distance (qui) ont été tout particulièrement défavorables aux élèves des milieux populaires. Elles doivent donner lieu à une analyse capable d’identifier les moyens nécessaires notamment dans les zones d’éducation prioritaires pour compenser ces inégalités. »

 

Mireille Vincent, Directrice académique a pris contact avec les organisations syndicales

« On a apprécié que la directrice académique nous demande notre avis » explique Tuulikki Grepillat. « Par contre, elle a pris des notes sans que l’on sache si elle va en tenir compte.”

Contactée au téléphone, Mireille Vincent, directrice départementale, ne trouve rien à dire sur les conditions à prendre pour la rentrée du 11 mai : ”Nous attendons l’intervention de mardi prochain du premier ministre, et en relation avec le rectorat, le Conseil départemental; les agglomérations, les maires les chefs d’établissements, nous pourrons organiser au plus près du terrain les conditions de reprise, à la fois des élèves et du personnel”.

Pour l’instant, Michel Lombart et Tuulikki Grepillat restent dubitatifs et ne croient pas que les services de l’État et les collectivités, devant cette injonction présidentielle, vont pouvoir assurer une rentrée en toute sécurité, d’autant que la pandémie est toujours d’actualité : ”La bonne décision présidentielle aurait été de reporter la rentrée en septembre, d’autant que cette reprise chaotique ne va durer quelques semaines avant l’activation de centres d’examen mi-juin.”

 

Droit de retrait et appel à la grève pour le 11 mai

Certains s’étonnent que les enseignants puissent utiliser leur droit de retrait, alors que les personnels de santé ont assuré leur mission au péril de leur vie.
En réponse, Michel Lombart souligne que les enseignants ne peuvent se permettre de prendre des risques et mettre en danger, collègues et élèves, si les conditions sanitaires ne sont pas suffisantes.

« De plus, comment pourrons-nous assurer notre service si nous ne bénéficions pas des mêmes conditions de garde de nos enfants, comme ce fut le cas pour les enfants du personnel soignant.

Nous aurons également des difficultés pour assurer un service de qualité quand nous aurons à nous occuper à la fois des élèves présents en classe et de ceux qui resteront chez eux !

Il y a de forte chance que nous appelions à la grève le 11 mai.”

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Auteur: gfumex

Mots-clés: FSU, Michel Lombard, Rentrée du 11 mai

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.