L’ARS, le Préfet et l’hôpital d’Annecy mettent les bouchées doubles pour vacciner contre le covid

On se bouscule cet après-midi au centre de vaccination de l’hôpital d’Annecy.

Le docteur Jean Favrot, futur vacciné

Des flopées de journalistes, le directeur de l’ARS, le chef du cabinet du Préfet et le directeur de l’hôpital, se retrouvaient confinés dans un couloir exigu avec du personnel de santé venu recevoir le précieux vaccin, comme le docteur Favrot, ancien maire de Talloires.

Selon le CHANGE, en fin de journée 23 personnels soignants de plus de 50 ans ont été vaccinés à Annecy : « Le personnel de moins de 50 ans en demande seront rapidement vaccinés une fois que les personnels les plus à risques le seront » explique le service de communication de l’hôpital.

Wahid Ferchiche, directeur de cabinet du Préfet, Vincent Delivet, directeur général du CHANGE, Luc Rollet, directeur ARS 74.

De la part des « institutionnels », ce point presse avait pour objectif de montrer que la campagne de vaccination contre la covid est lancée avec force et que le nombre de vaccinés augmentera de façon exponentielle dans les semaines à venir.

 

Une vaccination à l’échelle du département

      Vincent Delivet, Directeur général du CHANGE

Selon Vincent Delivet, directeur du CHANGE, « Nous assurons la logistique. Les doses du vaccin Pfizer attendent dans le congélateur à – 80° à l’hôpital. La température des flacons est surveillée d’une façon drastique, et les doses seront livrées aux différents points de vaccination demandeurs par des véhicules adaptés. »

« Aujourd’hui, on a commencé sur le CHANGE à Annecy. Ce soir, des personnes auront été vaccinées sur l’hôpital du CHAL à Annemasse qui fournira les doses à Sallanches et Thonon, avant le conseil départemental de l’ordre des médecins. La semaine prochaine les deux cliniques du bassin d’Annecy seront livrées. On transporte les doses en fonction des demandes pour éviter le gaspillage avec des véhicules à la température contrôlée. Les doses devront être conservée par la suite entre 2 et 8° pendant 5 jours et l’utilisation du vaccin ne devra pas excéder 6 heures. »

 

La vaccination au CHANGE

                                                                                        Installation de tentes de vaccination au CHANGE

Selon le docteur Janssen, 4875 doses du vaccin ont été livrées et 4875 autres doivent arriver aujourd’hui  : « On va travailler pour augmenter les heures d’ouverture du centre de vaccination, ouvrir le week-end, s’adapter aux horaires des gens, prévoir des vaccinations tôt le matin ou tard le soir pour les personnes qui travaillent de nuit. On va travailler avec les personnels du conseil départemental, de la CPAM qui pourront se faire vacciner ici ou dans d’autres centres sur le territoire. Le conseil de l’ordre va ouvrir le week-end pour les médecins. »

 

Combien de centres de vaccinations aujourd’hui en Haute-Savoie ?

Entretien médical préalable entre le docteur Janssen et le docteur Favrot, futur vacciné

Selon le docteur Janssen, il y a les centres hospitaliers, certaines EHPAD, les unités de soins de longues durée. « Cela se fait progressivement. » Pour l’instant les pharmacies ne sont pas concernées mais selon le docteur Janssen, on pourrait s’attendre à ce qu’elles le soient :  »  Pour permettre d’endiguer la pandémie, il faudra multiplier les lieux de vaccination, y compris à domicile avec les infirmières libérales. Il faut reconnaître qu’avec les difficultés de congélation, ce n’est pas toujours facile, mais on va trouver les solutions. »

D’ici fin janvier les doses Moderna doivent arriver avec moins de contraintes de température de congélation, ce qui redemandera un autre protocole selon le docteur Janssen : « Une nouvelle façon de jongler, ce n’est pas 21 jours mais 28 jours avant la deuxième dose, et avec 10 doses dans un flacon au lieu de 5 pour le vaccin Pfizer. On va jongler différemment, mais on va s’organiser. »

 

Un discours volontariste communiqué par la Préfecture

Selon Wahid Ferchiche, directeur de cabinet du Préfet : « On ne cessera jamais de le rappeler, le vaccin, c’est la solution, la porte de sortie. Une montée de puissance est prévue en coordination avec l’ARS. »

Luc Rollet, Directeur ARS 74

À la question « Combien de personnes allez-vous pouvoir vacciner et dans quel délai » ?, Luc Rollet, directeur de l’ARS 74 est un peu embarrassé : « Le but est de vacciner tous ceux qui le souhaitent. Vous dire combien, toujours difficile. Nous mettrons un dispositif avec nos forces vives qui permettra de vacciner toutes les personnes volontaires. Nous ferons appel au conseil départemental qui dispose d’un centre de vaccination, aux médecins libéraux, aux maison de santé pluriprofessionnelles ». Les patients ont besoin d’être rassurés. Ils ont besoin d’informations, via les infirmiers, les médecins, mais aussi via les pharmaciens.

 

On est à fond !

Vincent Delivet, directeur du CHANGE, se veut offensif : « Peut être que l’on part un peu plus tard que certains, mais là, on est à fond . On va monter en charge de plus en plus, et à la fin on aura vacciné le plus vite possible toutes les personnes volontaires. » 

 

Un comité stratégique vient d’être mis en place

Pour répondre au souci du gouvernement d’associer les élus locaux, Wahid Ferchiche annonce qu’une première réunion d’un comité stratégique a eu lieu hier, mardi 5 janvier en Préfecture réunissant les parlementaires du département, les élus du conseil départemental, les présidents des EPCI, le monde économique, les chambres consulaires, les syndicats de salariés : « Le Préfet a présenté la démarche de vaccination telle que le gouvernement souhaite mener dans le département, c’est à dire de vacciner dans un premier temps les personnels de santé, les sapeurs pompiers, les aides à domicile… et dans un deuxième temps une vaccination beaucoup plus large pour toute la population haut-savoyarde »

Auteur: gfumex

Mots-clés:

Partager cet article :

1 commentaire

  1. Incroyable, inacceptable ! On n’est pas sûr que le vaccin (dixit la Haute autorité de santé via une annonce faite sur un `bandeau` à la TV)prémunira contre le virus mais on sait qu’il évitera des décès. Je transcris à peu près … et les gestes barrières, et les masques … demeureront, c’est sûr ! Et les médecins généralistes subissent toujours l’interdiction de soigner, d’où l’afflux dans les hôpitaux quand rien ne va plus … cherchez l’erreur … c’est désastreux ! De plus, ces vaccins sont encore plus toxiques que les précédents et, surtout, le vaccin à ARN messager … nouvelle formule ! … qui ne peut être maîtrisée tant sa mise sur le marché a été rapide. Ce sont des apprentis sorciers qui veulent satisfaire des enjeux financiers … Conclusion, c’est la peur et la coercition (si vous n’êtes pas vacciné, vous serez privé de ..), toujours et encore, qui prévalent. Bien sûr, ce virus compte son lot de décès, mais que dire alors des autres dangers de la vie, des morts dus à … qui sont glissés sous le tapis … Bref … Michèle, 75 ans et son système immunitaire boosté !

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.