La FSU et la FCPE dénoncent un baccalauréat « dénationalisé »

Jeudi 18 Juillet 2019

Afin de dénoncer les formes de pression et de tentatives de répression exercées à l’égard des personnels et des élèves,  la FCPE et la FSU ont organisé une conférence de presse. Une initiative à l’intention de la presse dominante qui, face à la situation de confusion orchestrée par l’Éducation Nationale, a relayé le discours du ministre accusant les enseignants grévistes de « sabotage ».

  Les représentants de la FSU et de la FCPE

Devant la gravité de la situation et la désinformation des citoyens, les parents ont réagi, en particulier ceux de la FCPE, présents aux côtés des militants de la FSU.

 

« Une pagaille bien organisée par le Ministère ».

Localement et nationalement, depuis l’annonce des résultats, la FCPE, se trouve assaillie de coups de téléphone et fait face à une situation de désarroi, de « chaos », organisée par l’administration en haut lieu, obligeant les parents à faire des recours gracieux. C’est ainsi que sur toute la France, la FCPE a enregistré près de 20000 appels :   » On a accusé les jurys, quand des problèmes se posaient, alors que c’est bien à cause de la rétention d’information de la part de l’administration. »

Les parents en veulent au Ministre Blanquer, qui depuis des mois et sans concertation tente d’imposer en force sa réforme injuste. Ceux-ci sont en droit d’exiger des explications. I

 

« Le Ministre n’a pas respecté la loi ».

« En considérant que l’on pouvait destituer des jurys, qui pourtant, selon le code de l’éducation sont souverains quant à leurs prises de décision,  à savoir l’attribution des notes, le Ministre n’a pas respecté la loi. »

Le Ministre a ordonné aux  personnels administratifs des académies, aux chefs de centres d’examens, de remplacer les enseignant.e.s.  Ainsi, avec des ordres et contre ordre du Ministre, passant au-dessus des délibérations du jury, tout a été désorganisé, en rejetant la responsabilité sur les enseignants grévistes. afin de le culpabiliser.

Quelles conséquences pour les élèves et leurs familles ? Ces inégalités de traitement vont toucher principalement les familles des couches populaires qui ont peu de moyens pour se défendre.

 

Un système inégalitaire se met en place

Le baccalauréat ne constituera plus un diplôme national.

Ce constat est le fruit de la politique d’éducation voulue par ce gouvernement aboutissant à la marchandisation, à la sélection sociale, à la disparition de certaines options. voie,

Les parents d’élèves seront reçus ce jeudi 18 Juillet par l’Inspection Académique. La FSU attendra fin août. 

Auteur: Colette CHARLET

Partager cet article :

2 commentaires

    • Effectivement, il s’agit d’une casse programmée répondant à des objectifs économiques et afin de formater les têtes.

      Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.