La confédération paysanne s’oppose à l’abattage des bovins de la ferme de Saint Laurent

Annecy, 29/11/2021

Dans un communiqué, la confédération paysanne, opposée à l’abattage des bovins de la ferme de Saint Laurent, demande à l’État de rétablir une population saine de bouquetins avant les montées en alpage


« Après 10 ans dune dangereuse cohabitation entre une harde de b
ouquetins infectés par la brucellose et des
fermes laitières haut
savoyardes, nous ne pouvons que déplorer l’échec de la gestion qui a été menée par
l
Etat depuis 2012.
En effet, le 9 novembre 2021, un élevage de vaches laitières, situé à
proximité du massif du Bargy est
condamné à faire abattre la totalité de son troupeau
, soit environ 200 bovins. Le lien épidémiologique avec
la harde de Bouquetins est à ce jour é
tabli.

Consid
érant la fiabilité et la précision des techniques de dépistage qui permettent désormais de connaître
l’état de contamination d
un troupeau domestique.
Consid
érant que lensemble des analyses effectuées depuis plus dun mois après euthanasie de la vache
contaminée sont négatives.

Consid
érant que les mesures sanitaires de surveillance mises en place assurent confinement des animaux et
leurs effluents.

Consid
érant que lensemble des mesures de prévention et de contrôles liées à la production de fromages au
lait cru, respecté avec sérieux pa
r les paysans ainsi que lensemble des filières, prouve son efficacité.
Consid
érant lefficacité du suivi du mouvement des animaux qui a permis rapidement la mise sous
surveillance des élevages ayant eu un contact avec l
élevage source.

La Confédération Paysanne de HauteSavoie, sans minimiser la gravité de cette maladie infectieuse,
soutient la demande de l’éleveur
de dérogation à l’abattage total.
Nous estimons indispensable de réviser la gestion des maladies classées en tenant compte des capacités actuelles d’investigation et de traçabilité.
« 

Rétablir une population saine des bouquetins du Bargy

« Concernant la gestion de la harde infectée de bouquetins du Bargy, la Confédération Paysanne de
Haute Savoie estime que le protocole actuel est insuffisant.

Malgré un risque très faible de transmission aux cheptels domestiques, la trop longue durée pour assainir ce
réservoir sauvage, a provoqué une crise sanitaire animale et économique qui pourrait fragiliser durablement
la fabrication de fromages au lait cru.

Pour agir rapidement et efficacement dans la zone cœur la plus touchée, nous demandons que les services
de lEtat rétablissent une population saine de bouquetins avant les montées en alpage (par une politique de
tests, par des prélèvements appropriés, etc.). Dans les zones périphériques, nous demandons la poursuite
du protocole actuel sans limitation du nombre danimaux testés.

Toutes les parties prenantes de cette crise ont intérêt à ce quune telle situation cesse, la pérennité de
lagriculture de montagne ne pouvant senvisager qu’à proximité dune faune en bon état sanitaire, ce qui
ne peut être que bénéfique au bienêtre animal sauvage et domestique.
« 


Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.