François Astorg, tête de liste « réveillons Annecy »

François Astorg a des chances de devenir Maire d’Annecy.  Une ambition qu’il n’a jamais cachée même s’il a toujours affirmé que celle-ci a toujours été au service du bien commun.

C’est donc à la suite d’un suspense insoutenable que le « parlement » de cette liste « citoyenne » a choisi un homme intégré dans le système politique institutionnel local.

Devant les annonces réitérées depuis de nombreuses semaines mettant en avant la démarche novatrice citoyenne de cette liste où tout était possible, on aurait pu imaginer un peu plus d’audace en sortant du chapeau un jeune citoyen ou une jeune citoyenne capable d’incarner à la fois compétence et renouvellement.

Toutefois, la désignation de la tête de liste a bénéficié d’un mode de scrutin novateur : « l’élection majoritaire » qui a donné une véritable légitimité au candidat choisi.

 

« L’élection majoritaire », une élection sereine sans règlement de compte

Ce système permet à chaque électeur de juger chaque candidate et candidat sur une échelle allant de ”excellent” à ”rejeter”. Au final on les compare sur leur résultat ”médian”. Celui ou celle qui obtient le meilleur score est élu.

          François Astorg et Nora Segaud-Labidi

Au début de l’élection, François Astorg présente sa candidature.
Six autres sont proposées dont celle de Fabienne Grebert conseillère régionale, de Nora Segaud-Labidi maire de la commune déléguée de Cran-Gevrier et de Benjamin Marias l’animateur du « Parlement ». Quatre se sont désistés dont la maire de Cran-Gevrier que l’on pouvait considérer comme la candidate naturelle de la liste.

Nora Segaud-Labidi ne cache pas avoir longtemps envisagé cette candidature, mais elle considère que la situation dramatique de notre planète impose en priorité un choix écologique et non un choix ”de gauche”.

Elle est convaincue que la génération actuelle rejette les partis traditionnels dont les politiques menées depuis de longues décennies sont responsables de l’état catastrophique de notre planète.

On peut expliquer ce désistement car sa proximité avec le parti socialiste pouvait être un handicap même si elle avait pris certaines distances avec lui. Toutefois elle refuse de le considérer en ”mort cérébrale” et qu’il peut rebondir.

Ainsi, François Astorg, qui a démissionné des Verts, est devenu le candidat compatible grâce à son engagement environnemental au sein du « Grenelle des transports et de la qualité de l’air du bassin annécien« .

 

Ni gauche, ni droite

Dans son discours d’investiture, François Astorg propose aux annéciens « de construire ensemble une nouveau projet qui réponde à leurs besoins et à ceux du territoire : déplacement, qualité de l’air, logement, vie chère. Une autre voie pour que notre ville soit agréable, attractive, et accessible à tous les revenus. »

On remarquera que ce projet se veut ancré au cœur de la vie quotidienne des habitants sans référence à un projet de société porté par un mouvement politique.

La nouvelle tendance est de se démarquer des « vieux clivages partisans » en se débarrassant des étiquettes, qu’elles soient vertes, socialistes ou communistes. Toutefois, on trouvera dans ce « parlement » de très nombreux militants de ces partis.

Le paradoxe est que ceux-là même qui reconnaissent la faillite des politiques menées par les partis en ont été des membres actifs.

 

*François Astorg a déjà un long parcours dans la vie politique locale comme conseiller municipal de la commune nouvelle et conseiller communautaire. Il a participé à la création du « Grenelle des transports et de la qualité de l’air du bassin annécien » à l’origine de nombreux projets alternatifs de mobilité. 

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.