Forte mobilisation à Annecy contre la réforme des retraites avec 3700 manifestants

Annecy 9 janvier 2020

La manifestation contre la réforme des retraites ne faiblit pas.

On sentait traverser tout le long du cortège le fil rouge d’une détermination de plus en plus forte alors que l’on aurait pu penser qu’au fil des semaines, le mouvement aurait faibli.

Cheminots en lutte, enseignants grévistes, gilets jaunes, syndicalistes, avocats en grève, tous manifestaient en reprenant avec enthousiasme les slogans habituels contre la réforme de la retraite à point, et le rejet d’un président Macron totalement discrédité.

Les avocats, peu habitués à défiler avec les syndicats ont été les plus remarqués en donnant à la traditionnelle manif une bonne humeur communicative.

 

 

Si la Cfdt était absente du cortège, on sentait une réprobation générale pour un syndicat que beaucoup traitait en leur fort intérieur de traitre et de casseur de grève en se compromettant avec le pouvoir en place.

 

Les cheminots, moteurs de la grève avec les enseignants, font toujours preuve d’une détermination que d’aucuns admirent. Sur Annemasse, ils sont en première ligne, animant des assemblées générales avec les gilets jaunes et d’autres syndicalistes

 

Auteur: gfumex

Mots-clés: Annecy, CGC, CGT, FO, FSU, Réforme des retaites, Solidaires, Unsa cheminots

Partager cet article :

1 commentaire

  1. Pas le droit pour la CFDT d’avoir ses revendications ?
    Question douce…car être traité de collabos, référence au régime de VICHY, mériterait une réaction musclée. Mais ça ne ferait pas avancer le Schmilblick…

    En tout cas voici la position du MEDEF:

    Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a énuméré ses lignes rouges sur la réforme des retraites lors du Matin HEC-Challenges le 7 janvier.

    Il redoute une hausse des cotisations patronales pour financer une réforme qu’il juge à ce stade non financée.

    Il charge la CFDT qui veut découpler la mise en place du régime systémique et le financement.
    Cette épineuse question du financement est une source de frictions avec la CFDT, le premier syndicat hexagonal.

    Et le patron des patrons n’hésite pas à interpeller son homologue Laurent Berger, le leader cédétiste, sur un ton très direct :

     » Nous avons un vrai désaccord philosophique avec la CFDT, affirme-t-il. Ce syndicat veut avoir le dessert sans avoir à faire la vaisselle derrière. En clair, il dit ‘faisons la réforme et on verra après comment équilibrer les finances’.
    C’est non.
    Je ne veux pas me retrouver un jour au petit matin à Matignon, avec de la pizza froide sur le bureau, à devoir avaler une hausse de cotisation parce que personne n’a voulu faire les comptes avant.
     » Et de mettre en garde :  » Les entreprises ont créé un million d’emplois en cinq ans. Il ne faut pas briser cette dynamique si on veut continuer à faire baisser le chômage.  »

    Geoffroy Roux de Bézieux reste très attaché à l’instauration d’une mesure d’âge et affirme :

    « Nous vivons de plus en plus vieux et en meilleure santé, avance-t-il. De plus, nous avons un problème démographique : en 1945, il y avait quatre actifs pour financer la retraite d’une personne. Or, aujourd’hui il n’y en a plus que 1,7 pour un retraité.

    Il n’y a pas le choix : il faut introduire une mesure d’âge qui peut être l’âge pivot à 64 ans. Tous les autres pays l’ont fait et l’Allemagne réfléchit à repousser l’âge de départ à 67 ans pour soutenir leur régime. »

    De plus la bête noire du patronat c’est le dossier de la pénibilité, sujet qui revient sur la table imposé par la CFDT.
    Et le Patron du MEDEF de lâcher  » « Je ne nie pas le fait que des salariés aient des carrières difficiles, avance-t-il. Mais certains critères comme le port des charges lourdes étaient mal conçus. Pour le mettre en œuvre, il aurait fallu un inspecteur du travail derrière chaque salarié du BTP par exemple ».

    Pour autant, le patron des patrons affirme être ouvert pour reparler du travail de nuit ou du risque chimique dans le cadre de la négociation santé au travail.

    En même temps, le MEDEF licencie les seniors (pour inaptitude, pour faute, à l’amiable…) pour le chemin du « pôle emploi » à durée indéterminée…! Car comment croire qu’ils en sortiront avec un emploi ?

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.