« Femmes du chaos vénézuélien », un documentaire avec de vrais témoignages alimentant une information tronquée

Le documentaire « Femmes du chaos Vénézuélien » de Margarita Cadenas, programmé par « Les images hispano-américaines », laisse dubitatif.

Si ces portraits de cinq femmes vénézuéliennes, édifiants et pathétiques, nous plonge brutalement dans le quotidien insupportable vécu par ce peuple au prise avec le manque de médicaments, de nourriture achetée à prix d’or au marché noir, ces témoignages désignent implicitement le régime Chaviste au pouvoir seul responsable de cette crise humanitaire, sociale et politique, sans expliquer les véritables raisons de ces pénuries en médicaments et en produits alimentaires.

Même si Margarita Cadenas, en tant que cinéaste, se défend d’avoir réalisé un film partisan, le message politique s’inscrit en version subliminale.

Margarita Cadenas présente son film à la Cinémathèque des Pays de Savoie

Kim, infirmière, nous emmène dans son hôpital où faute de médicaments et de matériels, des enfants ne peuvent recevoir les soins attendus. Un hôpital où un jeune est mort faute de soins car la priorité a été donnée à un adolescent offrant plus de chance de guérison.

Faute de trouver les produits alimentaires absents des rayons des magasins, Eva doit se lever à 4h00 du matin pour obtenir un ticket au marché noir,  Un ticket qui l’oblige à rester dans la queue jusqu’au soir sans savoir si elle pourra obtenir un petit sac de riz, de sucre ou de farine à des prix prohibitifs.

Commissaire de police retraitée, cette femme a vu sont fils enlevé chez elle, recherché comme opposant politique. Il est resté deux ans emprisonné sans obtenir un procès. Ses grands-parents s’estiment heureux d’avoir pu le voir régulièrement et qu’il n’ait pas subi de tortures.

L’histoire vécue par Olga est effroyable avec l’assassinat de sont fils de 16 ans par « les forces spéciales » dont on ne connaît pas exactement les commanditaires.  Au petit matin, plusieurs véhicules ont bouclé la rue et investi le logement en défonçant les portes. Entrés dans la chambre de l’adolescent, les « policiers » l’ont abattu sans sommation en présence d’Olga, de son mari et du petit de 6 ans. Le comble de l’horreur est qu’elle entend l’homme en noir dire à son collègue « on s’est trompé. C’était pas lui ! »

Margarita Cadenas réalise son documentaire en insistant sur l’aspect émotionnel créé par ces témoignages en transmettant implicitement un message politique dénonçant un État dictatorial et policier.

C’est en cela que ce documentaire, utilisant ces témoignages incontestables dans leur vérité, conduit le spectateur à considérer que l’actuel État Vénézuélienne n’est qu’une dictature corrompue, aux méthodes violentes, bafouant les libertés fondamentales. Une demi-vérité !

La faiblesse de ce documentaire, est qu’il n’essaie pas de prolonger ce constat politique par une analyse à charge et à décharge, car derrière ces constats de pénurie existent d’autres forces politiques qui essaient depuis des décennies d’abattre le régime Chaviste porté au pouvoir par le peuple pauvre vénézuélien, ce même peuple qui vit les affres de la crise.

Margarita s’en défend en expliquant qu’elle n’est pas journaliste, et que son seul rôle de cinéaste est de porter la parole des citoyens. La question est que derrière son rôle « d’artiste », elle envoie un message partisan.

 

Chavez redonne l’espoir au peuple sans donner à la société vénézuélienne un avenir économique stable et prospère.

Quand Chavez arrive au pouvoir en 1998, le prix du baril du pétrole était à 7 $. Il n’y avait aucune queue au marché noir, et les hôpitaux bénéficiaient de tous les médicaments. Dopé par les recettes pétrolifères, dans un souci de justice sociale, le général « bolivarien » distribue au peuple les richesses produites, ouvrant ainsi les portes d’une période faste. Porté par cette euphorie financière, le régime Chaviste, piètre gestionnaire, délaisse la maintenance et l’amélioration des infrastructures pétrolières pour assurer une production suffisante et pérenne.  Aussi, cette crise endémique, avec une inflation actuelle de 1 300 millions de %,  plonge ses racines dans l’imprévoyance du régime Chaviste.

 

L’opposition de droite et d’extrême droite met de l’huile sur le feu.

On pouvait s’attendre à une riposte des forces réactionnaires, aujourd’hui représentées Juan Guaido, le président autoproclamé du Venezuela. Ces forces n’ont jamais accepté de perdre leurs privilèges avec l’arrivée de Chavez au pouvoir en 98.

Élu le 5 janvier 2019 à la tête de l’Assemblée Nationale, le nouveau président avait déclaré qu’il aurait la tête de Maduro au bout de 6 mois. Cette annonce « putschiste » révèle l’arrogance et la volonté d’obtenir une revanche à n’importe quel prix.

Toutefois pour comprendre la crise actuelle – ce que ce documentaire occulte totalement – il est nécessaire de révéler les raisons de ces pénuries.

Dans son documentaire, Margarita Cadenas, n’approfondit pas les raisons à l’origine des pénuries alimentaires et de médicaments. Selon, Maurice Lemoine, ex-rédacteur du Monde Diplomatique et spécialiste de l’Amérique Latine, la distribution des produits alimentaires est entre les mains des sociétés privées qui délibérément n’approvisionnent pas les centres commerciaux pour organiser la pénurie et alimenter le marché noir aux innombrables files d’attente obligeant les vénézuéliennes à payer quatre fois plus chers les produits. Toutefois, une autre information précise que des hommes de Chavez contrôleraient  de nombreux réseaux de distribution alimentaire, développant ainsi la corruption du régime.

De même, les importateurs de médicaments, qui reçoivent des milliards du gouvernement pour alimenter les hôpitaux et les pharmacies créent volontairement la pénurie en détournant des sommes importantes.

Ce que ne dit toujours pas ce documentaire, c’est que le scénario de déstabilisation économique orchestré par les USA est le même qui avait provoqué la mort d’Allende et le coup d’État de Pinochet.

 

Une situation explosive à l’échelle géo-politique

Maduro dénonce l’existence d’un complot international mené par Trump pour le déstabiliser. Pour trouver une parade, il appelle au secours la Russie et les Chinois, créant ainsi un imbroglio politico-économique explosif.

On peut s’attendre à une crise encore plus grave dans les semaines à venir dans laquelle, comme toujours, le peuple paiera un lourd tribut.

 

Auteur: gfumex

Partager cet article :

1 commentaire

  1. Merci pour ce compte-rendu plus nuancé qui démontre une réalité plus complexe au regard du film et des propos tenus par la réalisatrice lors du débat . J’ai souhaité prendre la parole mais très vite Mme Cadenas m’ a interrompu . . Ignorant le rapport de M Alfred De Zayas, ancien secrétaire général du Conseil des Droits de l’Homme , mandaté l’année dernière par l’ONU pour rendre compte de la situation au Vénézuela qui pour lui relevait d’un crime contre l’humanité , d’une violation de l’article 7 du statut de Rome concernant les sanctions économiques et financières menées contre le peuple vénézuélien , elle a coupé la discussion .. Pour parler du Vénézuela selon ses propos il faut être aller au Vénézuela …sans commentaire …. La censure n’est pas loin …Je renvoie aux films et video de Thierry Deronne que tout un chacun peut voir sur son blog ou sur le site venezuela infos où il donne la parole à des femmes également dans les villages les plus reculés en milieu rural dont le regard critique à l’égard du gouvernement n’en est pas moins lucide face à la crise menée par les Etats Unis, je renvoie à la page Facebook de Romain Migus qui a rendu compte semaine après semaine video à l’appui des événements depuis janvier 2019 ( convois « humanitaires » , sabotage des installations du barrage de Gurri » ).,et ses articles où depuis 2014 le Vénézuela a été l’objet de 93 mesures imposées à la fois par les Etats Unis , les agences de notations ; les pays membres de l’OEA , du groupe de Lima, de l’UE.,
    Je renvoie à Maurice Lemoine qui vient d’éditer son dernier livre Venezuela : chronique d’une déstabilisation . Effectivement la pénurie ne tombe pas du ciel par hasard .Elle est organisée par le secteur privé responsable de l’importation à hauteur de 80 % des produits alimentaires et des biens de consommation et médicaments.Qui a intérêt à l’encourager ? Pour quel objectif ?
    Concernant les mesures financières prises par les Etats Unis qui jouent les pompiers pyromanes citons la continuation de la loi d’extraterritorialité mise en oeuvre par Obama qui sanctionne toute entreprise étasunienne ou filiale de société étrangère à faire commerce avec le Vénézuela , les mesures financières additionnelles ( 24 août 2018) comme l’interdiction de versement de dividendes , de bénéfices au gouvernement du Vénézuela de la part d’entités résidant aux USA , l’interdiction de l’achat de bons du trésor vénézuélien et de la dette vénézuélienne avec comme objectif in fine la destruction de l’économie du pays , le défaut de paiement .
    W Brownfield , ancien ambassadeur au Vénézuela pour les USA a déclaré : la meilleure réalisation est de précipiter l’effondrement du gouvernement même si cela implique des mois et des années de souffrance pour la population ….
    Autres mesures financières : gel des avoirs de 15 milliards de dollars , confiscation des actifs de la société CITGO pour 7 milliard de dollars , avec la complicité de l’opposition ….11 mars 2019 Bolton , conseiller de la sécurité , déclare ,: » Ce que nous faisons c’est comme lorsque Darth Vader dans la guerre des étoiles étrangle quelqu’un . C’est exactement ce que nous sommes en train de faire économiquement avec le Vénézuela . »A ce sabotage économique mené de l’intérieur par le secteur privé et la complicité de l’opposition et le blocus financier imposé par les Etats Unis s’ajoute une deuxième violation des Droits Internationaux avec l’auto- proclamation comme Président de Juan Guaido , député à l’ assemblée Nationale , inconnu pour 80% de la population . Reconnu comme légitime par les Etats Unis , l’OEA , le groupe de Lima , quelques pays membres de l’UE dont la France en totale violation des traités internationaux !
    150 autres pays membres de l’ONU ne se sont pas joints à cette forfaiture !
    Plutôt que d’aide humanitaire ne serait-il pas préférable pour le peuple vénézuélien que le sabotage économique CESSE , l’opposition et le gouvernement faisant cause commune pour mettre fin au marché noir , que les Etats Unis lèvent le blocus financier pour permettre à la population de retrouver plus de sérénité et d’apaisement .et renoncent à la captation des richesses pétrolières et minières de ce pays ? Enfin que la demande conjointe du Président du Mexique et de l’Uruguay d’un règlement du conflit par la négociation soit prise en compte par l’opposition ?
    Pour terminer je souhaiterai que les organisateurs de l’association Plan Large que je remercie au passage prévoient l’année prochaine l’invitation de Thierry Détonne autour d’un de ses films et un débat contradictoire avec Maurice Lemoine et Romain Migus face à des contradicteurs reconnus comme Apathie , Patrick Cohen , Nicolas Demorand au hasard et autres experts de l’ Amérique latine afin que chacun puisse se forger une opinion sur les enjeux en cours dans cette région du Monde . . Pour des informations de qualité je vous invite à consulter d’autres sites comme investig »action , le grand soir , le monde diplomatique entre autres .

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.