« Faire l’article » !?

Bonjour,

1/ Mes articles récents génèrent quelques commentaires et polémiques, et cela est bon pour la démocratie, pour la possibilité de découvrir d’autres facettes, d’autres opinions sur des événements et expressions. Cela me permet d’informer ou de rappeler qu’il est utile d’aller revoir les articles pour savoir s’il existe des commentaires et potentiellement participer aux débats.

C’est un des objectifs de Librinfo74, qui rappelons-le est supporté par une association AAPLE (Association Annécienne Pour la Liberté d’Expression) qui est aussi une association d’éducation populaire.

Le département de la Haute-Savoie n’est pas situé à gauche sur l’échiquier politique.

J’aurai pu écrire le département de la haute-Savoie est à droite sur l’échiquier politique.

La première formulation pose le constat objectif (les élections diverses) et laisse l’imagination libre pour le, la lecteur.trice. Si ce n’est pas la gauche, qu’est-ce que cela peut-être centre, droite ? Est-ce que je classerai plutôt les élus maires, députés, sénateurs, conseil départemental à droite ou au centre ? Droite dure, centre mou ?

La seconde formulation enferme déjà dans un cadre qui n’est pas défini par l’auteur de l’article. Que veut-il dire par là ? Tous les mêmes ?

Dans mes articles, lorsque je m’en rend compte, je préfère laisser de l’espace au lecteur que je suppose curieux. Ceux qui le sont moins ou pas du tout ont déjà leurs idées, leurs croyances et là…

Donc, Librinfo, pour une information alternative sur Annecy, la Haute-Savoie, la France se définit donc comme étant à gauche de l’échiquier politique, Je revendique cette place et, comme il est bon de faire connaître ses déclaration de conflit d’intérêts, je peux dire que je n’en ai aucun : Je n’ai jamais eu de carte de parti politique, ni de syndicat. Ce qui m’a facilité le fait de rester curieux, de participer à une multitude d’actions, et de n’avoir à défendre que mes propres postions sans porter le poids d’un cadre de groupe restreint.

J’aimerai me reconnaître dans le triptyque républicain « Liberté, Égalité, Fraternité » avec en plus Solidarités, la difficulté étant de définir le contenu de ces mots. Essayez avec Laïcité ! C’est humain, donc plus que compliqué mais complexe. La pondération, la compréhension des contenus des mots liées aux contexte des personnes, de leurs « habitus » culturels et sociaux est à prendre en compte. Une définition, unique… totalitaire ? souplesse ou rigidité ? Souplesse n’étant pas synonyme de mollesse.

Rédacteur, j’essaie d’incarner le rôle de celui qui rend compte de faits, d’événements, de prise de position, de réflexions bien sûr subjectives en tentant de permettre aux lecteurs,trices de rester curieux et de se faire une idée personnelle. Souvent dans mes articles je pose des questions plutôt que d’y répondre. Ces questions sont orientées, mes sources citées aussi : c’est subjectif. Comme le sont les photos prises et le découpage des vidéos.

2/ Alors quel serait le problème ?

Un lecteur écrit : « Je sais pas comment prendre cette article, cela à de quoi rendre mal à l’aise… Est-ce normal de tolérer le neo-nazisme et le fascisme sous seul prétexte qu’il faut être « ensemble » ?

Et bien je suis content que l’article provoque cela. La discussion peut continuer, les propositions se faire.

Ceux qui sont déjà au point sur le fait de l’extrême droite, des contenus communs et différentiels de ces groupes, ceux qui veulent lutter et « supprimer » ces factions d’individus, ceux-là espèrent de ma part des positionnements radicaux, souhaitent voir apparaître et reconnaître explicitement leur position dans mes articles. Comment pourrait-il en être autrement ? Éclairons les autres, ouvrons leurs les yeux !

Ma sensibilité m’invite à tenter de leur permettre de mieux sentir qu’ils ont de yeux qui peuvent voir les choses de façons différentes, qu’ils peuvent avancer dans leurs réflexions et décisions pour décider d’analyser et de « voir » quelque chose qui leur semble cohérent. Ma formule préférée, qui vient d’Albert Jacquart : « Être intelligent c’est facile : il faut être curieux et ne pas croire ce que l’on vous dit »

3/ Les problématiques essentielles que je repère, associées aux manifestations actuelles du samedi :

– Liberté est un mot qui a été utilisé auparavant dans les manifestations liées aux lois Sécurité Globale. Il était assez facile de délimiter le contenu de ce mot. Dans les manifestations contre le passe sanitaire, associé à la liberté ou le déni de vaccination, ce mot liberté est bien plus large.

Il me semble nécessaire que chaque groupe « constitué » ou en tout cas homogène, puisse indiquer plus précisément ce qu’il établi comme besoin de liberté. Mais ne pas préciser est plus facile et moins engageant. De même pour Laïcité ou tout autre mot significatif : république, démocratie, etc.

– Ce besoin de clarification ne peut advenir que par la volonté de groupe de s’exposer. Mais qui le fait ? Par exemple, j’ai vu la banderole du CNRR qui indiquait bien les valeurs défendues. Mais je ne l’ai vue qu’une seule fois.

– Les participants « étiquetés » sont parfois bien ennuyés avec les manifestations « Libertés » du samedi car les deux parties « non au passe sanitaire » et « oui à la liberté des vaccinations » « non aux vaccinations » plus « il n’y a pas de COVID, c’est un complot mondial » ne jouent pas dans la même cour !

Par exemple, des partis et syndicats ont pris fait et cause pour la vaccination, certains revendiquant une obligation vaccinale pour toutes et tous. Alors même s’ils sont contre le passe sanitaire, participer aussi à aux autres revendications est compliqué. Mais ils pourraient faire valoir leurs opinions et n’inscrire que ce pourquoi ils défilent. Pourquoi pas ?

– Et puis, le Fascisme : impossible de valider la présence de Fascistes dans une manifestation. Je suis personnellement favorable à cela mais qui fait quoi, comment ? Quelles entités formalisées (syndicats, partis, associations), ont-elles proposé de se réunir, de former une organisation fonctionnelle de ces manifestations ? Qui soutenir pour obtenir cette régulation citoyenne ?

J’ai sollicité un organisateur pour participer, en tant que rédacteur de Librinfo747, à une réunion permettant de poser ces problèmes de contenus des manifestants. Pour l’instant, pas de réponse.

Je reviens sur cette belle banderole du CNRR. Pourquoi n’est -elle plus présente ? Ne pas être associés à la droite ? Mais alors, quelles actions mènent les tenants de cette liberté, contre le passe sanitaire, pour des moyens donnés aux hôpitaux ?

Comment « occuper » le terrain de l’expression anti-certaines-choses et pour-d’autres-choses ?

4/ Je tente de ne pas être dogmatique, d’écrire des articles qui posent des points de repères, de ne pas éviter les conflits tout en proposant des questionnements. Le tout pour « parler »  à tout public et pas pour valider ou appuyer des positions inconditionnelles.

Ce que j’écris ne correspond pas à certains militants affirmés de gauche, attendant la confirmation de leur croyance et vérité. Cela ne correspond pas non plus à d’autres qui ont d’autres croyances et vérités comme la liberté inconditionnelle, le complotisme avéré. Et je trouve mon équilibre de rédacteur en cette posture.

5/ Conclusion provisoire :

Je sollicite les tenants d’une information plus ciblée, voulant faire partager leurs valeurs croyances et/ou vérité à devenir rédacteurs-rédacrices à librinfo74. L’équipe de Librinfo74 va bientôt débattre de notre charte sur le contenu des articles et la ligne éditoriale, nous vous en tiendrons informés.

Pour ce samedi, je ne suis pas disponible.

Qui veut faire un article sur cette manifestation, avec le comptage associé ?

Merci à tous les lecteurs, lectrices espérant que vous contribuez, par vos donc défiscalisés, à permettre la poursuite des actions de Librinfo74 et de l’association AAPLE.

Auteur: Jean-Marie HUBERT

Mots-clés:

Partager cet article :

2 commentaires

  1. Cher Jean-Marie,
    Librinfo aurait-il vocation à devenir un « -Fakir -martyr » ?
    1- « Fakir » car c’est un journal « faché avec tout le monde ou presque »
    2- « Martyr » car « la grenouille veut se faire aussi gros que le bœuf » : je ne te fais pas un dessin !
    Personnellement, je suis mal à l’aise avec ces manifestations où s’expriment les croyances et les théories les plus loufoques. Il y a bien en filigrane une défiance du pouvoir en place (ce que la droite extrême sait habilement manipuler dans ces cortèges) mais aucune stratégie claire contre ce gouvernement, sinon que de donner libre cours, tout-un-chacun à sa conception de la liberté, qui est renvoyée à la définition que veut bien lui donner chaque individu !
    Il n’y a pas besoin d’être grand clerc pour se rendre compte que ces manifestations « fourre-tout » participent de la division là où, au contraire il faudrait s’associer sur des mots d’ordres clairs. Je suis également bien placé pour connaître bien des raisons qui font que les organisations syndicales n’appellent pas à ces rassemblements.
    Et puis, je ne défilerait pas au côté de l’extrême-droite : Ce n’est pas parce qu’un combat peut paraître convergent (combattre la politique gouvernementale, par exemple) pour que ce soit une raison suffisante pour s’afficher dans une démarche commune ; je te renvoie à ce que disait Marion en réponse dans un de tes articles récents.
    Amicalement,

    Répondre
  2. Merci Jean-Marie d’ouvrir un tel débat. J’ai apprécié les articles sur les manifestations dans leur rigueur à rapporter des faits…à chacun ensuite de se positionner. Il est vrai que ces dernières manifestations laissent perplexes dans la mesure où des personnes engagées pour des raisons parfois opposées…manifestent ensembles.
    Pour le coup, j’ai apprécié le positionnement du groupe de syndicalistes dont vous vous êtes faits le relais.
    Merci à vous.
    Cordialement,
    Maric

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.