LIVE : DEPARTEMENTALES - Débat en direct aux Villards/Thônes

Face aux syndicats des journalistes, Darmanin refuse de retirer les articles 21, 22 et 24 de la proposition de loi Sécurité Globale . Un rendez-vous est demandé à Castex.

Le 23 novembre, une délégation de 15 personnes (syndicats et associations de journalistes, LDH, associations de droits de l’homme) est sortie à 19 heures de chez le ministre de l’Intérieur. Le ministre n’a rien lâché après 1h30 de tour de table unanime. Les citoyens sont appelés à manifester massivement samedi 28 novembre dans toute la France pour obtenir le retrait des articles 21, 22 et 24.

Dans un communiqué, la délégation de la coordination plurielle s’inquiète des déclarations de Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, ce lundi sur RMC : « ce qui confirme nos craintes sur la liberté d’informer et d’être informé en France. »

« Alors que la Commission européenne vient de rappeler que les journalistes devaient pouvoir « faire leur travail librement et en toute sécurité »

Alors que le Garde des Sceaux Eric Dupont-Moretti émet de sérieux doutes sur la notion « d’intention » dans cette proposition de loi ;

Alors que des députés LREM critiquent ouvertement le glissement vers un Etat autoritaire de cette proposition de loi.

La coordination estime que : « Gérald Darmanin fait toujours fausse route en s’entêtant avec cette proposition de loi, réponse clientéliste à des syndicats de police. La coordination dispose d’un mandat clair : le retrait des articles 21, 22 et 24 de la proposition de loi Sécurité Globale et le retrait du nouveau Schéma national du maintien de l’ordre. A aucun moment les organisations syndicales représentatives de journalistes n’ont été consultées.

La coordination a demandé à Gérald Darmanin s’il comptait retirer les articles 21, 22 et 24 de la PPL Sécurité globale et le nouveau SNMO., Sa réponse a été négative.

La coordination considère donc que les conditions d’un dialogue constructif ne sont pas réunies.

Au vu de tous ces éléments, le coordination estime que Gérald Darmanin ne peut plus être son interlocuteur et en appelle solennellement au Premier ministre, Jean Castex.

La coordination appelle les citoyens à participer massivement aux marches des Libertés qui auront lieu, samedi 28 novembre, partout en France.

 

Auteur: gfumex

Mots-clés: Darmanin, loi sécurité globale, Sciappa

Partager cet article :

4 commentaires

  1. « Alors que des députés LREM critiquent ouvertement le glissement vers un Etat autoritaire de cette proposition de loi… » Personnellement je trouve que nous avons dépassé depuis quelques années ,déjà sous Hollande ,cette étape pour aller vers un état totalitaire !!! Toutes les mesures prises par ce gouvernement depuis 3 ans et demi ne font que l’illustrer . La macronie ne tient que par sa police et ses 2 syndicats majoritaires qui lui fixent son agenda sécuritaire au contraire du syndicat Vigie . C’est une honte !Une tâche indélébile ! Je souhaiterai connaître le vote des députés de la Haute-Savoie LREM .S’ils ont voté cette loi de sécurité globale alors qu’il existe déjà des articles dans le code pénal qui pourraient être appliqués alors ils devront rendre des comptes de cette forfaiture .

    Répondre
    • Les 5 députés de Haute-Savoie (4 LREM et 1 LR) ont voté la loi.

      Répondre
      • Merci Gérard pour la réponse . J’avais pu y accéder par d’autres camarades . Quand je vois aussi la position de LR qui fait semblant d’être dans l’opposition alors que ce parti adhère à cette politique de droite menée par Macron je comprend pourquoi l’abstention gagne de plus en plus de terrain tant les gens sont écoeurés par ces politiciens . Les députés LR sont allés même jusqu’à voter contre l’amendement proposé par le Modem concernant la suppression de l’article 24 …soutenant de facto LREM contre son propre allié Modem dans la majorité .
        Lors du vote sur le budget de la sécurité sociale pour 2021 (le 14 novembre), les sénateurs de droite ont même poussé le vice en profitant de la pandémie pour faire passer un amendement prolongeant le départ en retraitée à 63 ans ! Le ridicule ne tue pas . Quand il s’agit d’empêcher les mouvements sociaux de se défendre contre la répression , LREM , LR et le RN sont sur la même longueur d’onde de même pour préserver les interêts du capital «  quoiqu’il en coûte …

        Entre la LRELM et LR il n’y a que l’épaisseur d’un papier de cigarette . Estrosi lui-même est pour un ticket Macron en 2022 invitant son parti à faire campagne commune …

        Répondre
  2. *** La coordination estime que : « Gérald Darmanin fait toujours fausse route .. ***

    Pourquoi cette pudeur de violette ?
    ‘Fausse route’ est l’avatar de fascisme.
    Essayez de trouver une once de démocratie (de principe démocratique) dans ces lois !
    C’est impossible. Ceci a un nom (et une logique: fin chaotique, catastrophique du régime capitaliste).
    Si on emploie pas les mots justes on ne peut espérer faire un argumentaire de raison.
    C’est rester dans la bruit au lieu de donner un signal, de l’entendement.

    Ce n’est parce-que le pouvoir en place, la macronie (et bien d’autres), se cache derrière des mots trompeurs que les interlocuteurs se doivent d’accepter cette manière de parler pour ne rien dire.

    Ou alors on se perd .. dans une rhétorique relativiste qui permet de dire tout et son contraire et d’agir de même. A ce sujet, on est servi !

    Pour en prendre la mesure, on peut reprendre la perspective des lois sécuritaires de la Vème, ce n’est qu’une augmentation continue des coercitions, avec de très rares moments contraires rapidement effacés dès que cela est devenu gênant pour les affaires ou le pouvoir en place. Je pense par exemple à la CNIL qui est passée du statut de régulateur à celui de donneur d’avis. Ses décisions dérangeaient, on en a fait un rien..
    Tout comme nombres d’autres institutions soit-disant garantes de la démocratie ( sans rire – le peuple est bien trop c**) qui se retrouvent réduites à servir de paillassons à un pouvoir totalitaire.
    Un pouvoir totalitaire se moque des contre-pouvoirs… Ce ne sont pas des mots mais des faits.

    Je corrige, lorsque les Gilets-jaunes sont arrivés avec leurs humbles revendications, le pouvoir ne s’en est pas moqué, il a terrorisé les GJ, tradition d’extermination du problème social (politique) de la bourgeoisie paniquée par les gueux qui au lieu de travailler, osent penser et comparer et leur situation de vie. L’histoire française et mondiale en atteste.

    Les lois scélérates qui se mettent en place permettront de réduire encore le bruit des mécontents.
    Même les grand médias devraient s’en plaindre, ils n’auront vraiment plus rien à raconter si les contestataires sont connus dès que leur cerveau commence de s’activer. La surveillance, l’asservissement qui se met en place est pire qu’orwellienne, ELLE EST RÉELLE !

    jacques

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.