Face à la crise, 250 manifestants à Annecy veulent « construire ensemble le monde de demain »

Jeudi 4 Février 2021

Face à la crise sociale, l’intersyndicale(CGT, FSU, Solidaires, UNL) ne baisse pas les bras.

Plus de 250 personnes ont manifesté devant la Préfecture d’Annecy, afin d’alerter les citoyens, citoyennes de la gravité de la situation, et de montrer qu’une autre société de justice sociale et de fraternité humaine est possible.

 

Un constat accablant

L’intersyndicale, dénonce les suppressions d’emplois qui se multiplient en France, la casse des services publics, en particulier en ce moment dans les hôpitaux : « on fait face à une société prédatrice, les étudiant.es sont en galère et expriment leur détresse psychologique. On assiste au sacrifice d’une génération à venir. Le Président de la République et son équipe ministérielle se conduit comme un monarque, gouverne sans concertation.  Ce sont les « profiteurs qui décident, imposent » explique un porte-parole de l’inter-syndicale

 

La grande détresse de la jeunesse

La FSU s’associe aux autres organisations syndicales afin d’élargir le front des luttes y compris avec les organisations lycéennes comme l’UNL.

Les suppressions de postes tant nationales que locales, surtout dans l’enseignement technique et professionnel, sont révélatrices de la situation dont sont victimes en priorité les jeunes.

Il faut se battre sur ce département pour être reconnu comme zone de vie chère. C’est pourquoi Solidaires insiste pour qu’en toute solidarité et avec les associations de jeunesse, l’ensemble des organisations se rassemblent, se soutiennent afin de constituer un plus large front.

l’UNL en sent vraiment l’urgence et la nécessité, afin de mieux se faire entendre face à un gouvernement sourd aux revendications. L’école doit combler les besoins de toutes sortes, mais que faire face au manque de moyens?

Sans cela, le développement de la démocratie et le respect de nos droits fondamentaux ne pourront s’opérer.

 

« Et pourtant, face aux problèmes, des alternatives existent

« Il y a urgence à lutter contre le dérèglement climatique, l’exploitation sans contrôle. Il y a nécessité de relocaliser des emplois et pérenniser des entreprises. Jamais les profits et l’augmentation des dividendes n’ont été aussi énormes. On connait les causes de la crise sociale et sanitaire. Alors, arrêtons de sacrifier les acquis sociaux.

 

Les salaires sont aussi impactés. Ce n’est pas avec une augmentation de 1% du SMIC que l’on va améliorer la vie des salariés les plus modestes. Les divers plans au rabais comme Segur, ne changeront rien. »

« Satisfaire un idéal de justice sociale face aux inégalités avant les profits tel est  l’enjeu des luttes à venir. »

Auteur: Colette CHARLET

Mots-clés:

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.