Entre 800 et 900 personnes à Annecy pour demander l’annulation de la loi sécurité globale

Samedi 21 novembre

Mis à jour à 23H00

La forte mobilisation de ce samedi à Annecy pour l’annulation de la loi sécurité globale était à la mesure de l’inquiétude des citoyens exprimée sur tout le territoire.

 

Plusieurs interventions ont animé cet évènement.

Christian Chauvet de la LDH, initiateur de l’opération avec les amis de la Terre et librinfo, a évoqué le vaste courant de réprobation issu, bien sûr des syndicats de journalistes, mais au delà, de toutes les associations démocratiques et des partis de gauche (la droite est particulièrement silencieuse). Il a souligné, outre l’article 24 sur le floutage des policiers, la possibilité aux policiers municipaux, sous l’autorité de leur maire qui peut être d’extrême droite, de disposer de compétences réservées à la police nationale. Également l’utilisation des drones qui reste non contrôlé. (Lire ICI son intervention.)

Des journalistes syndiqués du SNJ et de la CFDT étaient présents dans le rassemblement.

Gérard Fumex de librinfo a pris la parole pour insister sur l’unité syndicale des journalistes qui, au delà du « rétropédalage » du ministre Darmanin sur l’article 24, considèrent que la loi, même amendée, est une atteinte au droit d’informer et à la libre expression. Comme l’explique Agnès Briançon, déléguée SNJ, les responsables de rédaction, même avec un article 24 modifié, auront tendance à empêcher les journalistes à couvrir des manifestations. Ceux-ci, se sentant menacés, seront adeptes à l’auto-censure.

Le journaliste de librinfo a apporté deux témoignages sur l’intervention des gendarmes sur l’aéroport de Meythet, qui obligèrent celui-ci, avec un confrère de H2O, de déposer à la gendarmerie comme de simples délinquants, alors qu’ils couvraient un évènement comme journalistes.

Le deuxième témoignage est l’obstruction personnelle d’un policier à sa présence lors une cérémonie officielle  !

D’autres interventions suivirent avec l’intervention d’ATTAC, des Gilets Jaunes, du NPA, du collectif « un toit pour tous », « urgence Roms », la FSU, l’UNL…

Régine Galibardy alertent sur la situation des étrangers et des Roms qui, ne comprenant pas toujours les dispositions réglementaires à adopter, sont très souvent inquiétés par la police

 

Des slogans plus « provocateurs » ont aussi fleuri dans le rassemblement comme «  »Darmamain » dans ta gueule « 

 

 

Le directeur de cabinet du Préfet reçoit une délégation

Une délégation composée des représentants de la LDH, des Amis de la Terre, de syndicats de journaliste, du mouvement « Extinction Rebellions », de Alternatiba-Cop21, a été reçue par le directeur de cabinet du Préfet. L’échange a permis de préciser les réserves et les propositions de chacun. Tous ont expliqué que cette loi est inutile car toutes les dispositions légales existent pour garantir l’intégrité des membres des forces de l’ordre et du droit d’informer des journalistes.

Le représentant de l’État a voulu rassurer en précisant que si le texte de la la loi a été voté au parlement, en particulier l’article 24, la loi peut être attaquée par des recours auprès du conseil constitutionnel, et n’est pas prête à être appliquée.

 

« Renvoyer le texte dans «les poubelles de l’histoire».

On vient d’apprendre pas la voix du député Eric Coquerel de LFI, que son parti, le PS et le PC saisiront le Conseil constitutionnel « pour renvoyer le texte dans «les poubelles de l’histoire».
Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.