Des saisonniers toujours en insécurité dans leur logement en station de montagne

Le 20 janvier 2019, quatre personnes ont trouvé la mort et 24 ont été blessées dans l’incendie qui a ravagé l’Isba, cet ancien hôtel appartenant à Eric Tournier, homme d’affaire local, propriétaire de plusieurs hôtels de luxe, et de restaurants dans la station et à Saint-Tropez.

Deux ans après le drame de Courchevel, la CGT alertent les autorités pour assurer des conditions décentes de logement pour les saisonniers et mettre en place des moyens de contrôles.

Le 20 janvier 2019, à Courchevel, un incendie criminel dans un immeuble où logeaient des saisonniers a occasionné deux morts et 4 blessés graves.

A l’époque la CGT, dénonçant les conditions indécentes de logement de certains saisonniers, s’était portée partie civile.

Le juge avait débouté sa demande :  « Malgré cela, explique Antoine Fatiga, délégué CGT, « la CGT a œuvré avec d’autres acteurs et surtout les parents des saisonniers victimes de l’incendie pour diligenter une enquête. »

Cette enquête mettrait en évidence, que cet immeuble n’était pas du tout aux normes de sécurité et « qu’il n’aurait jamais dû héberger des dizaines de saisonniers. Ce bâtiment vétuste était fermé administrativement depuis 10 ans. Pourtant un très gros employeur de la station y logeait des saisonniers…. »

Pour la CGT, « la justice devra poursuivre les responsables et tous ceux qui ont laissé faire. Nous rappelons aussi que chaque année, des saisonniers périssent dans leur logement vétuste, indécent que cela soit dans un bâtiment ou dans des logements mobiles comme à la Clusaz en janvier 2013. »

Pour que ces drames ne se reproduisent plus, la CGT demande de « modifier la loi pour permettre plus de contrôles sur les logements et de plus fortes sanctions envers ces employeurs au comportement criminel. »

 

Le parquet de Chambéry vient de demander au juge d’instruction de mettre en examen Eric Tournier

La mise en examen est une décision du juge d’instruction dans le cadre d’une information judiciaire.

Éric Tournier, déjà possesseur de plusieurs hôtels bars et restaurants à Courchevel, a acquis cet immeuble en 2018. Il aurait décidé d’y loger ses employés dans les 40 chambres réparties sur trois étages. Il est donc soupçonné d’une infraction contre laquelle il existe des indices graves ou concordants.

Il pourrait être mis en examen pour « hébergement de travailleurs dans un local non conforme », « non-respect des règles d’entretien des bâtiments d’habitation » et « homicides et blessures involontaires par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence ». 

Selon le média RTL :  « l’immeuble construit dans les années 50, ne respectait par les normes incendie.Un rapport d’expertise judiciaire démontrerait que des travaux de sécurisation n’avaient jamais été réalisés dans l’immeuble, malgré la demande d’une commission de sécurité. Ces manquements aux normes de sécurité auraient par la suite favorisé la rapide propagation des flammes. »

Auteur: gfumex

Mots-clés: Antoine Fatiga, CGT, Hébergement saisonniers

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.