DÉPARTEMENTALES Soirée réussie avec Transition participative

Les animateurs et les candidats de la liste DVD Philippe Prudhomme et Catherine Pessey-Magnifique

Fabienne Nanche et Franck Zorel  RN                                      Françoise Jallet et Marc Lachenal  Gilet Jaune

 

 

 

 

 

 

Gérard Fournier-Bidoz et Jeannie Tremblay EELV

De l’avis de Gérard Fournier, maire des Villards sur Thônes, la soirée débat organisée par la liste « Transition participative » a été un succès, tant par la qualité des débats et par la présence d’un nombreux public.

Plus d’une cinquantaine de personnes se sont déplacées pour écouter les candidats du canton de Faverges-Seytehenex aux élections départementales répondre aux questions posées par les animateurs.

librinfo était présent pour retransmettre en direct le débat.

Quatre listes présentes

• Catherine Pessey-Magnifique (DVD) et Philippe Prud’homme (divers).
• Françoise Jallet et Marc Lachenal, « Gilets jaunes ».
• Fabienne Nanche et Franck Zorel pour le Rassemblement national.
• Gérard Fournier-Bidoz (DVG) et Jeannie Tremblay-Guettet (EELV).

La liste • Marcel Cattaneo et Marie-Louise Donzel-Gonet, divers droite, soutenue par Pierre Bibollet, l’actuel maire de Thônes, a décliné l’invitation.

 

Circuits courts et agriculture locale

S’il fallait résumer l’engagement commun de l’ensemble des candidats, toutes étiquettes confondues, c’est celui de défendre mordicus les circuits courts et les agriculteurs locaux. Même pour les représentants du RN, plus écolos qu’eux, « tu meurs ».

De la liste  de droite, EELV, classée à gauche, en passant par le RN et les Gilets jaunes, c’est à celle qui parlera le mieux de l’abandon du foncier agricole, de la difficulté de diversification de l’agriculture, de l’autonomie alimentaire. Reste à savoir qui est capable de concrétiser ces engagements.

 

Quels listes accèderont au deuxième tour ?

Pour le deuxième tour, les listes en lice seront celles de « Bien vivre en Haute-Savoie » avec Marcel Cattaneo et Marie-Louise Donzel-Gonet (liste soutenue par Pierre Bibollet, l’actuel maire de Thônes) : une liste bien à droite), la liste de  Catherine Pessey-Magnifique et de Philippe Prud’homme , de droite modérée  ou celle de EELV à gauche.

La bataille fratricide à droite sera sans merci. Par contre, à gauche, la voie apparaît libre pour la liste EELV avec deux poids lourds comme candidat-e-s, Jeannie Tremblay-Guettet , maire-adjoint de Faverges, vice-présidente de la communauté « source du lac », ex conseillère régionale, et Gérard Fournier-Bidoz, maire de Villards sur Thônes, et Président de la Communauté des communes de la vallée de Thônes.

 

Marc Lachenal, candidat Gilet Jaune, obtient un bon accueil  du public

Par son franc parler, sa « gouaille bien populaire » Marc Lachenal a obtenu la sympathie du public. Cela ne l’a pas empêché de rappeler que la question de la saturation des routes par la voiture vient de politique d’aménagement du territoire. « À Seythenex, un projet immobilier de 20 maisons individuelles va mettre sur la route de nombreuses nouvelles voitures et aggraver ainsi la question de la saturation automobile et de l’augmentation de la pollution. »

Le seul bémol, est que la démarche politique considère que les organisations politiques, syndicales, associatives sont pour la plupart à rejeter. Faut-il pour cela jeter le bébé avec l’eau du bain ?

 

L’abstention, le cancer démocratique.

Si l’on peut comprendre le désintérêt de la plupart des citoyens pour les élections, dont les élus eux mêmes sont responsables par la gestion catastrophique des promesses non tenues en matière de santé, de transport, de lutte contre le réchauffement climatique.

Des politiques irresponsables qui nous ont entrainé dans une société mondialisée où les lobbies financiers se gavent en mettant notre planète en péril, en attaquant la diversité, en polluant les océans…

 

Quelles différences entre les listes de droite et celle de gauche ?

Une véritable rupture dans les politiques de mobilité

Les listes de droite restent attachées au développement des infrastructures routières partant du principe qu’un adepte du vélo ou des transports en commun, est d’abord un usager de la route, et qu’il ne faut pas les opposer.

Mais au lieu de développer les transports en commun, ils poursuivent le développement tout azimut du transport routier et ajoutant quelques pistes cyclables non sécurisées pour expliquer qu’ils sont pour les transports doux et non polluants.

Du côté de la gauche, en particulier chez EELV, mais aussi les autres formation de gauche, la politique est de développer en priorité toutes les infrastructures de transport en commun et de réseaux cyclistes en site propre pour établir un véritable maillage départemental. En encourageant ces formes alternatives de mobilité, ils veulent diminuer le nombre de voitures et de camions sur la route.

 

Une véritable rupture dans les politiques sociales

Alors que le droite maintient un système social pour réparer les effets catastrophiques de la politique économique capitaliste qui génère une société inégalitaire, la gauche non réformiste veut agir sur les leviers de justice sociale et développer les services publics, particulièrement en augmentant le nombre de salariés pour répondre efficacement aux besoins exprimés par les précaires et les « cassés » de notre société.

En engageant une véritable politique de réinsertion grâce à la mise en place de formations qualifiantes, en redonnant à la jeunesse l’enseignement dont elle a besoin pour qu’elle puisse atteindre l’émancipation et surtout redonner vie aux associations d’éducation populaire pour retisser les liens sociaux

 

Le RN se démarque enfin sur le thème de la sécurité

Un électeur de base, en écoutant les arguments électoraux du parti d’extrême droite pourrait être séduit par ses arguments mettant la production locale au cœur de son progaamme, les circuits courts, l’assistance sociale pour les jeunes aidés à la minorité qui se retrouvent à la rue à 18 ans (Toutefois, Fabienne Nanche ne parle que des français « bon teint », et non des mineurs non accompagnés qui arrivent de l’étranger dont le RN demande l’expulsion considérant que la plupart sont majeurs. D’ailleurs dans son programme, le RN demande des tests osseux systématiques ce qui rappelle une période sombre et peu glorieuse de notre histoire)

N’oublions pas que Vincent Lecaillon, un représentant des identitaires, dont le mouvement jeune « Génération identitaire » a été dissout par le gouvernement pour apologie du racisme et propagation de la haine raciale, est le secrétaire départemental du RN.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.