DÉPARTEMENTALES « Réinventons la Haute-Savoie » refuse le pacte de non agression proposé par « Les Annéciens »

L’assemblée citoyenne en aura décidé ainsi.

L’assemblée citoyenne, à l’initiative du collectif  « Réinventons la Haute-Savoie », a rejeté la proposition du pacte de non agression de la liste « Les  Annéciens ». Ils ont choisi parmi de nombreux candidats, les binômes qui représenteront leur mouvement dans tous les cantons du bassin annécien : Annecy 1, Annecy 2, Annecy 3 et Annecy 4.

La présentation à la presse s’est faite sur la commune d’Épagny au carrefour de ces quatre cantons. Un lieu symbolique en bordure d’un champ  de colza aux couleurs chatoyantes, pour affirmer la dimension agricole de leur programme, mais aussi à proximité des importants travaux d’aménagement du contournement d’Annecy, pour dénoncer la politique du « tout routier » imposée par l’actuelle équipe départementale présidée par Christian Monteil.

 

Les candidats face à la presse

Les candidates et candidats réunis en binômes se sont présentés et ont défendu leurs engagements autour de « quatre piliers fondamentaux » que sont « virage écologique », justice sociale », « renouveau démocratique » et « économie solidaire ».

Marion Lafarie, maire adjointe d’Annecy en binôme avec Emmanuel Lang, conseiller municipal à Argonay, candidats sur le canton ANNECY 1

Ces « futurs élus » s’engagent sur la mise en place de dispositifs innovants en matière d’aides sociales, de logements sociaux, d’insertion par l’emploi, de lutte contre la précarité alimentaire, les violences faites aux femmes, pour la protection de l’enfance…

Karine Lamy, conseillère municipale à St Jorioz en binôme avec Pascal Sciabbarasi, animateur EELV, candidats sur le canton ANNECY 2

 

 

 

 

 

La « multimodalité » sera leur maître mot en matière de mobilité pour rompre avec la politique d’investissements en faveur de la voiture, responsable de la pollution de l’air détruisant la santé des habitants.

Pascale Paris, conseillère municipale à Villaz en binôme avec Alexandre Mulatier-Gachet, conseiller communautaire du Grand Annecy, candidats sur le canton ANNECY 3

 

Dans ce « programme » très large on trouve bien sûr la transition écologique avec la préservation des espaces naturels, le soutien à la filière bois et à une agriculture paysanne.

Charlène Cardoso, ingénieure hydrologue en reconversion, en binôme avec François Deschamps consultant sur les politiques culturelles, candidats sur le canton ANNECY 4

 

 

 

 

 

Sans oublier de réinventer un nouveau tourisme au regard du changement climatique et des enjeux économiques posés par le crise sanitaire.

Si ces candidats restent favorables aux crédits dits « cantonalisés », ils veulent une transparence totale pour que ces budgets soient en cohérence avec les défis climatiques et sociaux à relever. »

 

Le pacte de non agression proposé par les Annéciens rejeté par « Réinventons la Haute-Savoie »

Dans un souci de favoriser le pluralisme des expressions politiques, la proposition des « Annéciens » de se répartir les cantons avec « Réinventons la Haute-Savoie », « les Insoumis » et le « parti communiste » a été rejetée lors de la rencontre organisée le vendredi 23 avril entre « Les Annéciens » et « Réinventons la Haute-Savoie ».

Le scénario proposé par les Annéciens « offrait » deux cantons à « Réinventons la Haute-Savoie », un aux « Annéciens » et un pour le binôme « France insoumise/parti communiste » afin de « faire vivre cette diversité et permettre une candidature unique porteuse d’une alternative ».

Une proposition qualifiée de « tambouille électorale » par « Réinventons la Haute-Savoie ». Sous couvert de garantir une diversité politique, ils considèrent que c’est une façon d’évincer l’offre politique des Verts et du PS dans deux cantons.

Du point de vue des Annéciens, ce refus reflète la volonté hégémonique des Verts qui demandent aux autres forces politiques d’opposition de se fondre dans l’assemblée citoyenne.

 

Pourquoi « Réinventons la Haute-Savoie » a rejeté ce pacte proposé par les « Annéciens »

Ce rejet ne faisait aucun doute connaissant les relations détestables entre les deux formations depuis les dernières élections municipales, et le fossé existant entre le programme politique des Insoumis et du parti communiste, favorables à l’abolition du capitalisme alors que les verts et les socialistes envisagent de le réformer.

Les verts, Génération S et le parti socialiste, initiateurs politiques de « Réinventons la Haute-Savoie » n’auraient pu imaginer un seul instant que leurs électeurs ne puissent voter pour eux dans deux cantons, en les « obligeant » à voter pour des candidats présentés par les Insoumis, le parti communiste et les Annéciens.

Frustrés de ne pouvoir choisir leur « camp » politique ces électeurs se seraient abstenus, ou pire, aurait pu voter à droite.

 

Les Annéciens « au dessus des partis

En rejetant la logique des partis politiques, le mouvement « Les Annéciens » se présente comme l’élément fédérateur qui aurait permis de surmonter les clivages partisans en donnant la parole aux « citoyens ».

Les Annéciens accusent « Réinventons la Haute-Savoie » , en refusant ce pacte, de privilégier le clivage partisan, générateur d’une défaite annoncée, plutôt que de permettre l’élection d’une ou d’un candidat opposé à la politique menée par les forces conservatrices au pouvoir depuis trop longtemps.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.