C’était il y a longtemps… mardi 16 au matin. Tout bouge si vite !

C’était il y a longtemps… mardi 16 au matin. Tout bouge si vite !

En fait, pas du tout.

C’est plutôt le « en même temps » des mêmes choses.

La crise passe, l’hôpital trépasse ? Passer de Héros à Zéro ? Hôpital sans labo ?

 

Ce mardi matin, les soignants manifestent devant l’entrée de l’hôpital. Bon, un peu de gêne pour les patients et les visiteurs mais tout est très calme. Une bonne atmosphère règne. Les soignants chantent, discutent, parlent des problématiques. Les autres manifestants sont aussi calmes et parlent « politiques ». Les drapeaux et banderoles sont aussi mis en avant par des syndicats que par des organisations et collectifs citoyens.

Il semble que beaucoup de services soient représentés et que beaucoup de statuts différents soient présents : Cadres, médecins, infirmièr.e.s, des aide-soignant.e.s des personnels de service et maintenance, personnels des laboratoires. Ré-évaluation des carrières et des rémunérations, pourquoi catégorie C ou B ou A ? Critères scolaires-diplôme et critères de responsabilité et de pénibilité ? Tous ces points sont abordés dans le cadre du collectif inter-hôpitaux qui n’est pas près de ne plus avoir de travail !

L’après confinement est aussi un ordre du jour : Comment ne plus nuire à la planète ? Comment renforcer les droits humains et la liberté ? Comment ne pas perdre les acquis durement obtenus dans la relation de travail ? Quelle direction prendre pour prendre soin de toutes et tous ?

L’ensemble des participants (environ 300 personnes) se met « en marche » en direction du rond-point de l’autoroute. Les forces de l’ordre supervisent, règlent la circulation. Le rond-point devient un giratoire à expression : qui court avec sa banderole, qui court en chantant, qui improvise un duo de danseurs, qui harangue avec des slogans. Le centre du rond-point est investi. Belle chaleur humaine sous un beau temps.

Les forces de l’ordre patientent, puis  ré-ouvrent les routes derrière les participants .

 

 

La cohorte passe par le Périclès, bâtiment où se trouve la partie direction de l’Hôpital. Quelques huées, chansons, slogans, une sollicitation de manifestants en délégation en direction de la direction et tout le monde reprend ses activités et /ou son travail.

Oui, travail. Car beaucoup de soignants sont réquisitionnés puisqu’ils sont en grève ! Ils repartent  avant, pendant, après la marche-manifestation pour assurer leur poste.

 

Bravo à toutes et tous.

Hôpital : thermomètre de la température sociale ?

Ceux qui applaudissaient ont-ils aussi des pieds  pour venir manifester ?

 

Une dédicace spéciale pour un panneau. (désolé mais l’obligation de réduite le poids de la photo…)

Les travailleurs sociaux, vous savez, les centres aérés, les animations, le post-scolaire, les suivis. Éducateur.trice, animateur.trice, conseiller.ère.

 Les bulles :

Nous sommes 99%,

nous qui ne savon ni lir ni écrir on peu pas faire l’école à la maison,

on pouvait sortir notre chien mais pas nos enfants,

Toujours plus de surveillance  policières et des contrôles totalement arbitraires,

Nous sommes riches !  C’est nous qui décidons !

Les socles :

relance économique à tout prix,     sécurité sociale,     retraites,      droits au chômages,        école

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Auteur: Jean-Marie HUBERT

Mots-clés:

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.