Ce jeudi 9 et vendredi 10 septembre, hommage à Gaby Monnet, un fou de théâtre

 

N’ayons pas peur de la dire. C’est Gaby qu’on assassine

Cet hommage à Gaby Monnet, se joue sur les décombres de l’éducation populaire, dont il fut un merveilleux représentant.

Bien sûr seront présents les piliers culturels, atteint par la limite d’âge, qui se reppellerons avec délice et nostalgie cette période bénie des dieux laîques où Gaby Monnet mettait sur scène de simples citoyens, des ouvriers, des instituteurs, des postiers, des métallurgistes, des étudiants :  « on les prenait comme ils étaient; avec un coefficient commun de rêverie et d’imaginaire »

Le libéralisme économique, les politiciens de droite et de gauche libérale auront tué les associations d’éducation populaire qui formaient des citoyens émancipés, capables de penser par eux-mêmes. Un projet trop dangereux pour les Macrons qui nous gouvernent et l’extrême droite qui veut nous gouverner.

 

Auteur: gfumex

Mots-clés: Annecy, Château, Gaby Monnet, les agitateurs de rêves

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.