LIVE : DEPARTEMENTALES - Débat en direct aux Villards/Thônes

Appel aux citoyens et citoyennes laïques, pour dire non au financement public de l’université catholique !

Un collectif d’associations et de syndicats, réunis au siège de la FOL74, appelle les citoyens et citoyennes à s’opposer au financement public d’une Université Catholique sur Annecy.

Les représentants CGT, Solidaires, FO, le SGEN/CFDT, la LDH, la FOL73/74, la FCPE, les DDEN, UNSA, et de la libre pensée.

Un projet de construction d’une université catholique devrait voir le jour à Annecy, financée en partie par des fonds publics. Des détails ont été donnés récemment à la Maison Diocésaine en présence de l’évêque d’Annecy, des responsables de l’enseignement privé, et de celles des collectivités territoriales locales et départementales.

 

5 millions pris sur les fonds publics pour financer le privé

Les 5 millions de la subvention publique versés à l’université catholique se répartisse ainsi : 1,5 mllions du département, 1,5 millions de l’agglomération, et 2 millions de la Région Rhône Alpes.

Cette somme serait prise sur les 10 millions réservés à l’enseignement public.

 

Le campus serait établi à Annecy sur le terrain du lycée St Michel

L’objectif est d’assurer la rentrée de 1000 étudiants dès Septembre 2020 sur le campus.

« L’inacceptable, expliquent les représentants du collectif, est l’utilisation de l’argent public – c’est-à-dire celui des contribuables – pour financer l’investissement de cette université privée. Cela constitue une entorse à la loi de 1905. Tout cela s’inscrit dans un contexte politique particulier où les entorses à la loi ont été orchestrées par le Président Macron et le Ministre Blanquer. »

 

Une dérive sur les atteintes aux principes républicains.

« On assiste à un démembrement. Ce qui a été octroyé à des établissements propriété d’une église religieuse, pourquoi ne le serait-il pas pour d’autres églises. ? C’est encore un moyen de diviser notre société. »

Un appel est lancé. Il nous faudra donner de l’ampleur à la démarche.

On remarque que ces faits ne sont pas nouveaux (cf loi Falloux et loi Debré…). Ceci va aussi conduire à l’affaiblissement de nos universités. Les besoins ne sont pas couverts en particulier pour celles de Savoie Mont-Blanc. Ce qui est en jeu c’est leur avenir. Cela va conduire aussi à diminuer les moyens pour les établissements scolaires comme les collèges et les universités.

Tout se fait pour que le public ne soit pas informé. Il est difficile d’aller à la recherche de documents officiels et puisqu’il n’y a pas de débat sur l’utilisation de l’argent public, il devient alors difficile d’organiser la riposte. On gère cela comme on le ferait pour un fonds de commerce. »

 

On soutien le privé et on laisse à l’abandon les établissement publics d’éducation

Il y a une augmentation du nombre d’élèves, alors qui va payer la construction et l’entretien des bâtiments scolaires ? Là encore c’est le contribuable. On s’attend à 5500 étudiants. Il faudrait installer une université de plein droit, avec la possibilité de choisir son orientation. Là encore, on a du mal à obtenir des informations. C’est d’autant plus préoccupant que nous sommes un département en tension démographique (+10 000 par an). La question se pose alors pour la construction d’établissements scolaires, en particulier collèges et lycées. Là aussi, le ministre Blanquer ne répond pas aux sollicitations. Certaines options sont en tension et ne permettent pas à des élèves de poursuivre les études qu’ils ou qu’elles avaient choisies.

« Oui, il y a des besoins criants et faire face à la ségrégation sociale. Il manque ici des enseignants, si bien que l’on fait appel à des contractuels qui coûtent moins cher. Chaque année, on note de plus en plus de démissions (plus de 50), étant données les difficultés de vie chère en Haute-Savoie.
Dans ces universités privées on se centre sur des options de management, de commerce, permettant ainsi aux jeunes d’aller travailler en Suisse frontalière. Quant au secteur public, il va s’occuper des pauvres. Ainsi s’élargit la scission de la société dans ce département. »

 

Le collectif veut créer un rapport de force pour bloquer ce financement

Une audience est demandées aux élus favorables à ce financement, à savoir Christian Monteil (Conseil Départemental), Laurent Wauquiez (Région Auvergne Rhône-Alpes) et Jean-Luc Rigaut (Ville d’Annecy).

Le collectif a donc décidé d’interpeler la directrice académique pour que cesse ce « saccage », dénoncer les inégalités et le détournement illégal de fonds.

 

Le collectif prend son bâton de pèlerin mobiliser les citoyens, citoyennes

Le collectif part en campagne et invite les contribuables à se mobiliser. Une réunion ouverte au public est prévue pour ouvrir un large débat.

 

voir la pétition

3 commentaires

  1. Le 19 juin 2020 fête du 60ème anniversaire du « Serment de Vincennes » pour l’abrogation de la loi Debré, mère de toutes les lois anti-laïques depuis 1960.

    Répondre
  2. très interessée mais impossible de signer la pétition!

    Répondre
    • En cliquant sur « voir la pétition », on accède à un document pdf. Le plus simple est de l’imprimer et de l’envoyer signé avec vos coordonnées à librepensee74@aliceadsl.fr. Voir aussi à cette adresse s’il vous est possible de remplir la pétition en ligne

      Répondre

Trackbacks/Pingbacks (rétroliens)

  1. Meeting laïque à Annecy jeudi 12 mars 19h salle des Eaux et Forêts | Librinfo74 - […] ICI pour lire l’article paru le 18 février dans librinfo sur la constitution de ce […]

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.