ANNECY : Un ancien maire dépité, un nouveau maire affirmé

Mis à jour à 21H00

                                                                         L’équipe majoritaire pour la photo traditionnelle

Denis Duperthuy, à l’aise dans son rôle d’opposant

François Astorg vient de réussir son intronisation de maire d’Annecy gardant une certaine sérénité, et une capacité à calmer le jeu.

La séance d’investiture de la nouvelle équipe municipale d’Annecy a été à la hauteur de ses espérances et de ses désespérances.

Réunis au Cap Périaz, dans un ordonnancement parfait, les 69 élus ont dû affronter la bataille de l’arène politique. Les coups mouchetés ont été lancés par Rigaut qui manifestement n’accepte pas sa défaite. On aurait pu s’attendre à une réaction plus « digne », acceptant l’idée d’alternance.

 

François Astorg félicite Chantale Farmer, nouvelle Maire-déléguée d’Annecy

Le poste de Maire-adjoint aux Finances, le premier point de friction

Antoine Grange de la liste de Denis Duperthuy, en accord avec le représentant de la liste de Jean-Luc Rigaut, rappelle à la majorité qu’elle s’était engagée à donner le poste des finances à l’opposition. Une affirmation contestée par François Astorg, considérant qu’il n’y avait jamais été question de Maire-adjoint, mais de président à la commission des finances, ainsi le maire clos la polémique.

 

L’élection des maires délégués, le deuxième point de friction

La polémique s’est cristallisée aussi sur la question des maires délégués. L’opposition revendiquant les postes de maire délégués des communes où ils sont arrivés en tête : Annecy-le Vieux, Meythet et Pringy.

François Astorg félicite Yannis Sauty, nouveau maire-délégué de Cran-Gevrier

La Parade de la liste majoritaire est de considérer que la charte concoctée par l’ancienne majorité à l’occasion de  la fusion des six communes du bassin annécien, fusion  décidée sans consultation des citoyens, n’a aucune valeur.  Comme l’explique Frédérique Lardet « L’ancienne majorité, convaincue d’être réélue aux municipales de 2020, s’était concoctée une charte entre élus dans le dos des citoyens, qu’ils ont dénoncé par la suite. Manque de chance pour eux, ce ne sont pas les anciens élus qui ont gagné, mais les nouveaux, qui  n’appliqueront pas cette charte non validée par les annéciens ».

Ce qu’avait prévu Rigaut, en supprimant les communes déléguées, c’était de considérer qu’Annecy serait géré par un maire et son équipe. On peut comprendre que dans l’intérêt des habitants, les projets, quels qu’ils soient, puissent être bloqués par des oppositions politiciennes. C’est le choix de François Astorg tout en maintenant les mairie déléguées avec à leur tête des maire-adjoints de sa majorité qui assureront le lien administratif avec la population, en privilégiant la proximité  au niveau des quartiers.

Une décision qui scandalise Thomas Meszaros de la liste Rigaut, proposé comme maire délégué d’Annecy, qui dénonce une décision « à la Poutine ».

Une position  de principe, puisqu’il a retiré sa candidature dans un esprit d’apaisement.

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.