Amazon US go home !

On ne peut pas dire qu’Amazon soit le bienvenu à Annecy.

Un énorme comité d’accueil est organisé ce dimanche 2 février à 14H00 Route de Branchy, devant le chantier Amazon à Seynod pour signifier au géant américain qu’il n’a rien à faire en France et particulièrement à Annecy.

Une conférence de presse y sera tenue suivie d’une cérémonie de bienvenue symbolique, ludique, artistique, pacifique et non-violente.

 

Extinction/ Rebellion à la manœuvre avec un collectif

Dans un communiqué  de presse, intitulé « A Annecy, Amazon sème sa zone ! », cette organisation familière d’actions spectaculaires non-violente, ironise sur l’image de communication « soft » que ce géant américain dispense à l’envie : « Aaah ! Amazon ! Sa vigilance écologique, son respect du droit du travail, sa hâte à payer ses impôts, ses implantations au grand jour… Et voici ce géant américain qui arrive sur le Grand-Annecy telle une insidieuse et occulte mafia néo-libérale, en catimini. »

Extinction Rebellion Annecy, avec d’autres organisations environnementales, citoyennes syndicales et politiques, estiment qu’il « y a désormais urgence à mettre un terme à cette logique industrielle et marchande destructrice du vivant sous tous ses aspects ! » 

 

Quelle sera l’attitude des forces de police ?

Comme l’intention des militants « XR » est d’occuper la zone du chantier, espace privé, on peut imaginer que les sociétés de travaux public aient alerté les autorités.

On peut s’attendre à une confrontation avec les forces de maintien de l’ordre. Une confrontation « pacifique » des militants XR, entrainés à la résistance non-violente.

 

AMAZON, un pouvoir de nuisances

Arrivé incognito, Amazon utilise des sociétés écran pour construire un de ses énième énorme entrepôt où une chaîne de robots ultra sophistiqués emploie en esclavage des salariés robotisés pour préparer et envoyer à la vitesse de la lumière les milliers de produits répertoriés sur leur site internet.

 

Les mensonges d’Amazon relayés benoîtement par le Dauphiné

Dans l’article du DL intitulé « Face à la pression, Amazon sort du bois », Julie Valette, d’Amazon France explique que  « Les gens sont inquiets pour de mauvaises raisons » et de citer les 30 000 emplois liés à l’arrivée d’Amazon en France depuis 20 ans. Et les 1 800 emplois créés en 2019 par l’entreprise.

La journaliste aurait dû s’informer auprès d’associations comme ATTAC France qui rétorque qu’Amazon est responsable d’une évasion fiscale massive, d’un développement d’entrepôts entièrement robotisés, de livraisons par drones, de repas fournis en moins de 30 minutes à des salarié·e·s sous surveillance soumis à la reconnaissance faciale, destruction d’invendus… Le monde selon Amazon, première capitalisation boursière au monde, semble s’inspirer d’une science-fiction. C’est pourtant une réalité chaque jour plus concrète.

Ce qu’explique cette association au sein d’un collectif regroupant des dizaines d’organisations, c’est que pour 1 emploi créé par Amazon, c’est 1,2 vrais emplois détruits dans notre pays. Des emplois utilisés dans l’économie réelle.

 

Jean-Luc Rigaut dans ses petits souliers

Le maire d’Annecy avoue avoir été dupé par le géant américain qui avance masqué. Il estime que cette implantation va nuire aux commerçants du bassin.

Il devrait rencontrer les représentants d’Amazon de 11 février.

Jean-Luc Rigaut risque de se transformer en un petit élu tançant d’un doigt réprobateur ce géant américain qui n’aura de cesse de le toiser d’un sourire condescendant,

 

Pour nuire à Amazon, l’assécher

Les consommateurs ont un véritable pouvoir en ne commandant aucun article sur AMAZON.

Le plus subtil est d’utiliser leur site pour se renseigner sur les produits à acheter et les commander directement sur les sites des producteurs, aller les acheter directement chez les commerçants locaux, ou passer par eux pour commander le produit souhaité.

Partager cet article :

1 commentaire

  1. « Le maire d’Annecy avoue avoir été dupé par le géant américain qui avance masqué. Il estime que cette implantation va nuire aux commerçants du bassin. »

    Est-ce crédible ?

    Ensuite

    Est-ce légal ? C’est-à-dire que s’il y a eu tromperie comme on pourrait le penser, c’est plaidable NON ?

    On attend une réaction puissante du maire (des maires et autres puissances publiques) mais de tous pour refuser une destruction objective du tissu industriel et autres méfaits …

    Ne pourrait-on pas organiser un referendum local pour demander à la population (concernée au sens zone commerciale de cette implantation) pour donner son avis ?

    La liberté (capitaliste) de saccager le monde versus la liberté démocratique de choisir son monde, de résister à l’oppression …

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.