200 ouvriers en grève chez STAUBLI à Faverges

Depuis lundi matin un mouvement de grève a été initié par des ouvriers sans les syndicats. Une seule banderole : « En grève »

Un peu plus de 200 ouvriers sont en grève sur les 550 à l’effectif de l’usine de FAVERGES.

Bien-entendu les syndicats sont à leurs cotés pour les négociations de leurs revendications (20 points de plus sur les salaires).

Cela découle d’un ras le bol général, une non reconnaissance de la part de la direction sur tous les efforts demandés aux salariés depuis plusieurs années.
Le changement de Direction en début d’année 2020 se traduit par un durcissement des rapports sociaux dont ne sont pas habitués les syndicats et les salariés. « Le vent tourne ».

La direction a reçu les syndicats de l’entreprise (les DS et une délégation de salariés) à plusieurs reprises. Elle leur a fait une proposition de prime du pouvoir d’achat que les salariés grévistes ont refusé car il réclame une augmentation de salaire inscrite dans le temps et non une prime exceptionnelle qui comblera à peine les jours de gréve.

– Noter que lors de la négociation annuelle 2020, aucun syndicat n’avait signé les propositions de la Direction sur les salaires. Une année 2020 qui fait la part belle aux actionnaires: Les salariés estiment que le montant des dividendes s’établit à 160 M€ en 6 ans.

0.6% en Juillet et un budget de 1.8% en augmentation individuelle (90 promotions). Que la prime d’intéressement et la prime de participation a été de 0 €.30 embauches en CDI avaient été annoncées par la Direction.

 

Un projet de développement ambitieux du site de Faverges par la direction.

La Direction a également annoncé un projet 2030 avec des ambitions très élevées en Chiffre d’Affaires ( le multiplier par 2), nombre de salariés (multiplié par 2) dans le monde et multiplié par 2 la surface au sol de l’usine de FAVERGES.

Une réorganisation de l’usine qui regroupe 3 secteurs (raccords, ratières, et robots), avec un effectif total de presque 1400 salariés (580 dans le 1er collège,  500 dans le 2éme collège,  260 dans le 3eme collège), est encours: hiérarchique et sectorielle.

 

Une direction totalement fermée à la discussion

Ce vendredi, les ouvriers en grève ont reconduit la grève pour la semaine prochaine. La dernière proposition de la Direction a été rejetée.  D’autres travailleurs rejoindraient le mouvement.

– Noter aussi qu’un mouvement de grève avait eu lieu avant le départ en congés d’été à l’initiative des syndicats de l’entreprise qui dénonçaient l’attitude fermée de la Direction au niveau du dialogue social, mettait en avant le mécontentement des salariés, la dégradation des conditions et ambiances de travail.

Ce mouvement de grève avait été bien suivi par les salariés mais n’avait pas été entendu par la Direction.

Auteur: Catherine BONDI

Mots-clés: faverges, grève, Staubli

Partager cet article :

4 commentaires

  1. Pour infos, le mouvement à été initié par les salariés eux-mêmes.
    Nous ne sommes en aucun cas accompagné des DS pour les négociations. Les grévistes ont voté une délégation de salariés pour les représentés.
    Les syndicats sont présents mais en retrait.
    Nous profitons simplement des locaux ainsi que des panneaux syndicaux pour l’aspect communication du mouvement.
    Je peux vous apporter des précisions notamment sur le nombre de grévistes aujourd’hui au lundi
    23 novembre. (alexperdrix@wanadoo.fr).

    Merci de me contacter avant mise à jour de l’article.

    Cordialement.

    Répondre
    • Une cagnotte de soutien au mouvement à également été créée par les organisations syndicales et les grévistes.

      Répondre
  2. Dans le monde entier les gens font tout pour garder leur travail en ces temps difficiles.
    Chez nous on fait grève.
    Vive la France.
    Je me mets à la place d’un dirigeant, je ferme boutique, je vais voir ailleurs, et surtout je dis Adieu la France je vous laisse entre vous.

    Répondre
  3. Pour info le mouvement de grève chez Staubli Faverges débuté le 16 novembre en milieu de matinée s’est terminé mercredi 25 novembre en fin d’après-midi.

    pour rappel la revendication des grévistes était une augmentation de 20 points pour tous.

    Le résultat de ce conflit est :

    – l’avancement de la négociation annuelle a fin février 2021 au lieu de fin mars début avril habituellement.

    – la mise en place de réunions entre la direction (DG+DRH+CD) et les salariés (en petit groupe) afin d’échanger sur les problématiques rencontrés par les salariés.

    – une prime du pouvoir d’achat (prime Macron) de 1400 € pour tous les salariés sans condition de de proratisation dû à un arrêt de travail ou du chômage partiel du premier confinement. La seule proratisation possible est celle de la date de début de contrat si moins d’un an d’ancienneté.

    – une prime de 400 € pour les personnes qui était présentes au moins 4 jours sur site pendant la période du premier confinement.

    Il faut savoir que la direction n’ayant pas été sur du salaire, mais sur une prime, elle n’a que partiellement éteint le feu. Les braises couvent encore.

    il n’est pas impossible que lors de la réunion de la négociation annuelle obligatoire en Février 2021, ce mouvement se réveille.

    Répondre

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.