Jean-Marc Peillex dérape sur les subventions

Jean-Marc Peillex, VP conseil départemental, maire de St Gervais

Un chantage aux subventions

Jean-Marc Peillex, vice-président du Conseil départemental, est cité dans un article du Dauphiné pour avoir tenu ces propos : « Je ne voterai pas de subventions aux associations qui m’attaquent en justice ».

Se sentant directement visée, la FNE 74 (Fédération Nationale de l’Environnement, ex FRAPNA), a réagit dans un communiqué :

« Les propos de Jean-Marc Peillex sont choquants et profondément anti-démocratiques. L’argent public devrait être attribué par les élus en fonction de la valeur et de la qualité des interventions proposées et non de l’affinité ou de l’antipathie des élus envers les structures candidates. Conditionner des fonds publics au silence des associations dénote un système politique dérivant vers l’autoritarisme, l’arbitraire et le clientélisme. Ceci est à la fois inacceptable et inquiétant pour notre démocratie. »

« Contrairement aux idées reçues, FNE Haute-Savoie ne reçoit quasiment pas de subventions de fonctionnement et aucune subvention pour mener des actions en justice.
Les montants votés et versés par les instances publiques à notre association départementale correspondent à des missions réalisées par notre douzaine de salariés qualifiés. Nos équipes mènent des actions de sensibilisation et d’animation, font un travail d’expertise pour le suivi de la biodiversité par exemple, ou encore un travail de conseil et d’accompagnement auprès des collectivités. »

 

« Notre association est créatrice d’emplois locaux qualifiés et de qualité. Des emplois qui ont du sens également et qui permettent de répondre aux besoins de collectivités territoriales, établissements scolaires ou agences et instances publiques. »

« Bien qu’une partie grandissante de notre financement provienne de la générosité du public, de fondations ou d’entreprises, FNE Haute-Savoie dépend aussi des financements et appels à projets publics (Département, Collectivités territoriales, Agence de l’Eau…).
Nos bénévoles agissent régulièrement contre de nombreuses atteintes à l’environnement, comme des décharges sauvages et des pollutions des eaux, des sols ou de l’air. Ces bénévoles préparent aussi de nombreux avis sur divers projets et contribuent à l’instruction de dossiers au sein de plusieurs instances départementales. Notre équipe bénévole est aussi force de proposition auprès des collectivités et des services de la Préfecture sur les thématiques environnementales. Tout ce travail est réalisé dans l’intérêt général et sans aucune rétribution financière. »

Auteur: librinfo74

Partager cet article :

1 commentaire

  1. Est-ce la fonction ou la personne qui est attaquée ?
    La fonction peut se défendre mais dans et pour son domaine de compétence.
    La personne peut se défendre mais est-elle attaquée ?

    Le ‘je’ ici est tellement ambigu qu’il faudrait développer..
    La confusion entre le rôle et le titulaire fait oublier souvent aux titulaires qu’ils sont au service des gens et non pas au leur, voire combien certains se croient devenir des dominants alors qu’ils sont des serviteurs.

    Le modèle animal de la horde reste ancré dans nos cerveaux si peu, si peu développés et complètement dominés par les cablages animaux de la mortelle sélection des 500 millions d’années de vie terrestre.

    Répondre

Répondre à jacques Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.