Suite à un article du Dauphiné Libéré, le CRHA dénonce la collusion de ce quotidien avec le pouvoir local

Nous avons reçu un communiqué du CRHA daté du 9 juin suite à un article paru le 6 juin dans le Dauphiné libéré (1) , sous le titre « La mise au point de l’Association des Glières », signé par Julien Estrangin, Directeur départemental.

Dans ce communiqué, les organisateurs du Rassemblement des Glières « Paroles de résistance » remarquent « que cette association a bien de la chance à se voir attribuer une telle place pour un communiqué » (…) « Nous notons que Monsieur Estrangin reprend quasiment l’intégralité du communiqué de l’association des Glières. A se demander même s’il ne le reprend pas à son compte. Si l’opération consiste à démontrer la proximité de la direction du Dauphiné avec le pouvoir local, c’est une franche réussite. Du point de vue de la déontologie journalistique, il y aurait matière à discuter. »

Dans ce communiqué, le CRHA tient à ne pas mettre en cause les journalistes de la rédaction sachant que cet article est le « choix des responsables du journal et non pas des journalistes du Dauphiné. Ces derniers viennent chaque année couvrir notre événement et nous entretenons avec eux de bonnes relations. Il faut dire qu’eux assistent à notre manifestation. Ils entendent des paroles de hautes teneurs humanistes, bien loin de la description qui peut en être faite dans le communiqué de l’Association des Glières. C’est pourquoi nous voyons dans la publication de cet article une façon de contre-balancer ou de nier le travail des journalistes de terrain ayant rédigé deux papiers les 4 et 5 juin sur notre édition 2018 de « Paroles de Résistances ».

Les membres du collectif tiennent à justifier la bien-fondé de leur démarche qui, selon eux répond à l’esprit qui a animé les résistants des Glières : Sur le fond, contrairement à ce qui est écrit dans le communiqué de l’Association des Glières, nous continuons de penser qu’anciens résistants et nouveaux résistants sont légitimes à prendre la parole sur le Plateau des Glières à partir du moment où ils expriment des valeurs de vivre ensemble conformes à celles pour lesquelles les résistants se sont battus. Ces valeurs ont été couchées sur papier dans le programme du Conseil National de la Résistance. Nous précisons aussi qu’à aucun moment nous nous exprimons au nom de l’Association des Glières contrairement aux allégations du communiqué déjà cité. »

En fin de communiqué, le CRHA souhaite prendre connaissance du communiqué de l’association des Glières, et se demande au sujet du passage du Tour de France dans ce haut lieu de la Résistance, si « cette association ne considère que les valeurs portées par cette manifestation médiatique et sportive soient supérieures à celle portées en ce lieu par Stéphane Hessel, Irène Frachon, Raymond Aubrac, Annette Beaumanoir, Walter Bassan, Sabrina Benali, Denis Robert, Odette Nilhès, Antoine Deltour, et bien d’autres encore lors des diverses éditions des « Paroles de Résistances » ? »

(1) Cliquez ICI pour lire l’article du Dauphiné Libéré

Auteur: j.c

Partager cet article :

1 commentaire

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.